Le ciel ou le soleil ?

Publié le par Nadia Geerts

Certains se souviennent peut-être de cette salle de gymnastique québecoise dont les fenêtres avaient été occultées à la demande et aux frais d'une école hassidique voisine, afin que les gymnastes légèrement vêtues ne troublent pas les élèves. J'avais relayé ce fait divers dans un article, "Salle de sport, tribunal et voie publique" (http://nadiageerts.over-blog.com/article-4540648.html).

Plus de 250 membres du club de sport YMCA avaient alors signé une pétition réclamant que la direction, qui avait accédé à la demande des hassidim au nom des relations de bon voisinage, remette des vitres translucides. Leur ténacité a eu gain de cause et les vitres claires seront dorénavant assorties de stores qu'il appartiendra aux gymnases de baisser ou non.

Renée Lavaillante, l'une des membres de ce culb de sport, justifie son combat de ces neufs derniers mois par le fait qu' "on se sentait humiliées en tant que femmes qu'on doit cacher. (...) on nous privait de quelque chose pour que d'autres puissent gagner leur ciel".

Que les esprits malveillants ne s'y trompent pas: ce dont ces femmes étaient privées, ce n'était nullement du plaisir mesquin d'offenser des croyants, mais de celui, bien plus innocent, de jouir des rayons du soleil...

Quant aux juifs orthodoxes que la vue de jeunes femmes en tenue de sport trouble tant, ils n'auront qu'à détourner le regard. Car n'en déplaise aux religieux de tous poils, si les vertus de pudeur, de chasteté et de décence leur sont si chères, c'est leur problème avant tout. Qu'ils baissent donc le regard et apprennent à se détourner de la tentation. Dieu leur en sera reconnaissant... et les femmes du monde entier aussi !

Amen.

 

Source: Libération, 30 avril 2007

Publié dans Laïcité - religions