Bonjour !

 

 

      portraits nadia 2011 220

Recherche

Texte Libre

30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 07:00

anti_bug_fckParce qu’une question comme celle du port de signes religieux à l’école, qui concerne la manière dont se conçoit l’enseignement bénéficiant de subsides publics, ne peut être laissée à la responsabilité exclusive des chefs d’établissements ;

 
parce que des questions telles que la place des convictions philosophiques au sein de l’école ou l’application des principes de mixité sociale et des sexes – notamment l’égalité en droits et en devoirs des hommes et des femmes – constituent des questions politiques essentielles qui doivent être tranchées par la puissance publique et le pouvoir politique, garants des valeurs fondatrices de notre société ;
 
parce que laisser les écoles décider souverainement en la matière, c’est contribuer au renforcement de la dualisation de l’enseignement au nom de la coexistence de projets éducatifs contrastés ;
 
parce que les établissements bénéficiant de subsides publics n’ont pas à s’organiser en fonction de prescrits, dogmes et autres interdits présentés à tort ou à raison comme religieux, sous peine de voir leur mission première gravement compromise ;
 
parce que nous voulons qu’à l’école au moins, les jeunes, garçons et filles, aient la possibilité d’expérimenter l’égalité et la mixité dans toute leur richesse émancipatrice ;
 
parce que l’enfant et l’adolescent sont des consciences en cours d’élaboration qu’il importe de protéger contre toute forme d’endoctrinement ;
 
parce que l’interdiction des signes ostensibles d’appartenance philosophique ou religieuse à l’école ne dénie en rien aux jeunes le droit à des convictions philosophiques, mais les invite à leur intériorisation et à leur dépassement en vue de s’ouvrir à l’universel de la connaissance ;
 
parce que nous constatons que de plus en plus de revendications religieuses ou présentées comme telles s’introduisent dans l’espace pédagogique : créationnisme, refus de la mixité, prescrits alimentaires, contestation des contenus mêmes de certains cours (biologie, éducation sexuelle, éducation physique, littérature, etc.) :

nous demandons aux responsables politiques et aux ministres compétents en matière d’enseignement
 :

de légiférer dans le sens de l’interdiction de tout signe ostensible d’appartenance philosophique ou religieuse dans le cadre scolaire, pour les élèves et a fortiori pour les enseignants, et ce dans tous les établissements scolaires bénéficiant de subsides publics ;

de mettre tout en œuvre pour préserver l’école des tentatives d’immixtion du religieux d
ans les décisions concernant le contenu des enseignements et les critères d'organisation de la vie scolaire, partant du principe que la méthode scientifique et le libre examen doivent continuer à y prévaloir sur tout dogmatisme ou vérité révélée.
 


Pour cosigner cette pétition, envoyez-nous un mail à ecolereligion@hotmail.com

Partager cet article

Published by Nadia Geerts - dans Enseignement
commenter cet article

commentaires

Rachid Z 04/06/2007

Monsieur Ricardo Guitiérrez, je vous rappelle que selon Nadia Geerts, les élèves "tombent" sous l'aurorité des responsables scolaires dès qu'ils franchissent le seuil de l'établissement public ! Le projet de Nadia Geerts et des dangereux agités qui la soutiennent dans cette "citoyenne" mission, c'est en un mot : ERADICATION (purifictaion, nettoyage au karscher,...!!! Vous et votre fille n'avez qu'à entrez dans le rang et à bien vous tenir !!! Il y avait (?) le Mollah Omar, son propre ministère du "mieux vivre ensemble" et ses talibans à Kaboul, il y a maintenant Nadia Geerts, une papesse laïque, et ses propres  " templiers" laïcistes,à Bruxelles, en Communauté française...

Eradicator 04/06/2007

Eradicateur, ça semble être le mot à la mode, chez les Nobo-Bob-Bastin-Jamal et autres Rachid Z et Mohsin Mouedden, pour peu qu'on refuse le califat.(Je rappelle que pour les tristes sires cités plus haut, la religion doit primer sur le politique, c'est donc bel et bien le califat).Le terme d'éradicateur est visiblement destiné à façonner l'image de l'ennemi, à justifier son élimination ultérieure.Car enfin, quelqu'un peut-il me rappeler quand, pour la dernière fois, un éradicateur défenseur de la laïcité, a dans nos contrées, assassiné un croyant? Le plus proche dans le temps et dans l'espace, ce devait être Atatürk, non? On jugera du contexte historique. Par contre, l'inverse s'est produit encore très récemment, lorsque Theo Van Gogh a été assassiné au Pays-Bas.Chacun sa manière d'éradiquer...

Rachid Z 04/06/2007

Hitler, Staline,..., par exemple, ne sont ni chrétien, ni musulman mais des "messagers-utopistes" comme il en existe au sein de cette mysterieuse institution laïque  et pourtant, je ne connais pas d'aussi odieux génocidaires, si ce n'est, aux yeux de beaucoup en tous cas,, Sharon, Olmert, Shimon Perez et toute la clique sionarde !

Bob 04/06/2007

C'est amusant quand il réclame des droits, "l'Islam" ne peut le faire car il est une "multiplicité" (plus ou moins bordélique et dangereuse), par contre quand il s'agit d'exaction il forme un tout homogène et monolithique, ou l'amalgame le plus rocambolesque est de rigueur...C'est ça la "raison laïque"! Elle entérine la raison du plus fort. Priez pour nous sainte "pépette"!

Pour ta gouverne, neurono-eradicator, les totalitarismes Nazi et stalinien se réclamaient de l’athéisme, il faut savoir balayer devant sa porte…

Eradicator 04/06/2007

Hitler et Staline en représentants de la laïcité... amusant. Toujours aussi nuancés, Bobard et Rachid. Il faudra penser à prévenir tout le monde que la Belgique grouillent de Hitlers et de Stalines. Et à part des Hitlers ou Stalines, et puis évidemment vous, les bons, il y a quoi dans votre monde? Peut-être rien, en effet...

Articles Récents

Accueil

Ce blog se veut, entre autres choses,  un espace de libre critique des tentatives d'immixtions du religieux dans le champ du politique - de la res publica -, partant du principe que seule la laïcité de l'Etat permet la coexistence de diverses sensibilités philosophiques et religieuses, sans qu'aucune d'elles ne prétende écraser les autres. Ni religion d'Etat, ni athéisme d'Etat, mais la conviction que nos options religieuses et philosophiques sont affaire privée, au même titre que notre sexualité.
Comme fil conducteur, l'humanisme, qui récuse l'enfermement de qui que ce soit dans des catégories qu'il n'a pas choisies, au nom de sa sacro-sainte appartenance à la communauté, quelle qu'elle soit.

Mes bouquins

fichuvoile-f6f88

 

 

 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog