La Belgique: bientôt un Etat laïque ?

Publié le par Nadia Geerts

C’est en tout cas ce que préconise Amina Derbaki Sbaï (PS), dans une proposition de déclaration de révision de la Constitution datée du 8 mars 2007 (1) et soutenue par Josy Dubié (Ecolo), Pierre Galand (PS), Mimount Bousakla (Lijst DeDecker) et Marie-Hélène Crombé (MR). Il s’agirait de réviser l’article 1er de la Constitution, « en vue d’y introduire la notion de laïcité politique ».

Dans les développements, on lit notamment que« Il importe pour toute société démocratique de distinguer ce qui relève de la morale de ce qui relève du champ du droit en déterminant au terme d'un débat contradictoire, voire conflictuel, le socle des droits et des devoirs à partager par chacun quelles que soient ses conceptions éthiques.
Dans cette perspective, l'État laïque constitue l'espace public neutre dans lequel il est possible d'élaborer ces normes communes. Il est dès lors primordial que l'ensemble des citoyens d'un pays accepte cette conception politique de l'organisation de l'État. »
Le texte rappelle ensuite à quel point la laïcité, au double sens de séparation des Eglises et de l’Etat et de neutralité, est « indissociable de la démocratie », l’homme démocratique ayant « renoncé à l’idée de subordination du principe divin ».
Le texte appelle ainsi de ses vœux un Etat qui soit le « garant d’une sphère publique dénuée d’influences d’inspiration confessionnelle ou non confessionnelle tout en se gardant d'interférer, voire d'arbitrer la sphère confessionnelle ou non confessionnelle qui relève du domaine privilégié du citoyen ».
Last but not least, la proposition rappelle que « le principe de laïcité tel qu'il est envisagé ne doit pas être confondu avec la laïcité philosophique qui « s'adresse à ceux qui ne participent pas à un culte quelconque, qui ne veulent pas établir dans leurs conceptions de vie un rapport privilégié avec une divinité et, dès lors, veulent organiser en excluant toute référence aux cultes certaines manifestations de la vie qui d'ordinaire sont réglées par une religion ».
 
Cette proposition n’a pas eu l’heur de plaire à Mouedden Mohsin (2), qui s’est empressé de protester auprès de Josy Dubié de de Pierre Galand devant ce qu’il perçoit comme une nouvelle manière de « stigmatiser une communauté » en surfant sur l’islamophobie ambiante. Soulignant « la recrudescence des intégrismes tant religieux que laïque », notre « acteur associatif » n’a pas perdu l’occasion de déceler dans cette volonté de laïciser l’Etat belge une manière de réduire la diversité à « une vision paternaliste de l’homme blanc voire néo-colonialiste ». Et de terminer par une allusion claire aux récentes et récurrentes affaires du voile, protestant que « lorsque les musulmans respectent les lois, les premiers à les contourner sont les directeurs des établissements scolaires, voire le monde politique ».
 
Messieurs Dubié et Galand se sont chacun fendus d’une belle lettre pour expliquer à Mouedden Mohsin que décidément, il s’obstinait à ne pas (vouloir) comprendre la différence, pourtant essentielle et dûment explicitée dans le texte, entre laïcité et athéisme. Dans sa réponse, Josy Dubié a reproché à « Monsieur l’acteur associatif » de s’être rendu coupable d’une « sorte de fatwa », et de « dénaturer de manière scandaleuse et insidieuse cette proposition en l’instrumentalisant à des fins partisanes », estimant que « Si cette formulation vous pose problème, c’est vous qui en avez un et pas les signataires de ce texte ».
Quant à Pierre Galand, pointant « l’incompréhension de la laïcité » de Mouedden Mohsin, il lui a sobrement rappelé que « C’est la laïcité belge qui a le plus contribué à la construction de l’Etat de droit en Belgique ainsi qu’à l’ensemble des lois qui garantissent les libertés individuelles ».
 
Dans un mail qu’il appelle à faire circuler, Mouedden Mohsin, qui se définit lui-même comme « progressiste, humaniste et démocrate », estime à présent n’avoir « pas de leçon à recevoir de monsieur Dubié et consorts », qu’il accuse, avec ses « amis », de promouvoir un « laïcisme radical à la française », lequel ne peut avoir pour but que de « restreindre la liberté à certains », stigmatisant les musulmans de Belgique.
Et invite les citoyens à « rester, voter et militer vigilants et intelligents ». 
Un excellent conseil que je reprends à mon compte, même si Monsieur Mouedden Mohsin et moi ne le traduirons sans doute pas de la même manière...
 
 

Publié dans Laïcité - religions