De l’islamisation de l’Europe

Publié le par Nadia Geerts

« Islamisation des esprits : stop ! ». C’est sous ce titre accrocheur que se présente la version française (1) du SIAD.DK (2), qui appelait à une grande manifestation à Bruxelles le 11 septembre prochain pour protester contre « l'imposition rampante de fait de la charia en Europe ».

« Appelait », car la manifestation vient d’être interdite par le bourgmestre de Bruxelles, Freddy Thielemans, lequel estime qu’une telle manifestation pourrait engendrer des troubles.

A lire la présentation de l’appel en question, le moins qu’on puisse dire est que, malgré une généreuse déclaration d’intentions (« En aucun cas, cet appel n'est dirigé contre les musulmans d'Europe, et en aucun cas la participation d'éléments racistes ne sera acceptée dans cette manifestation »), le texte a d’indéniables accents islamophobes, prétendant même que si le racisme est « la plus basse forme de stupidité », l’islamophobie est quand à elle « une montée de bon sens ».

Et en matière d’islamophobie, les auteurs s’y connaissent, puisqu’ils considèrent que « islam et démocratie sont incompatibles à cause des enseignements du Coran lui-même et de certains hadiths qui comprennent la loi de la charia » et doutent de la possibilité d’être un musulman « modéré », avant de conclure que « C’est l’islam qui nous est enfoncé dans la gorge et dans la gorge de nos enfants. ».

On ne s’étonnera donc pas que Filip Dewinter, du Vlaams Belang, ait appelé à participer à cette manifestation.

 

L’appel du SIOE surfe de toute évidence sur le fantasme d’une Europe envahie par des hordes de musulmans armés jusqu’aux dents et mus par un seul mot d’ordre : l’islamisation, de gré ou de force, d’une Europe piégée par son excès de tolérance.

Or, comme j’ai déjà eu l’occasion de l’écrire ici à maintes reprises, cela relève d’un amalgame déplorable entre islam et islamisme, que ne désavouerait pas Geert Wilders, ce député néerlandais, chef de file du PVV (Parti pour la Liberté), qui vient de demander l’interdiction du Coran, au même titre que … « Mein Kampf » ! En guise d’argumentation, Wilders déclare ainsi « J'en ai marre de l'Islam aux Pays-Bas: plus de nouveaux immigrants musulmans. J'en ai marre des prières à Allah et Mohammed aux Pays-Bas: plus de nouvelles mosquées. J'en ai marre du Coran aux Pays-Bas: interdisez ce livre fasciste ».

Wilders ne semble pas se rendre compte que l’argument « j’en ai marre » fait un peu enfant capricieux tapant du pied pour qu’on lui rende son jouet. En l’occurrence, de mythiques Pays-Bas d’antan.  

Au nom de quoi, en effet, interdirait-on les mosquées et pas les églises, les temples ou les synagogues ? Au nom de quoi trier les migrants sur base de leur religion ? Et en quoi le Coran est-il lecture moins recommandable que la Bible, qui offre elle aussi un catalogue d’horreurs tout à fait respectable ?

Comment justifier cela à moins de prétendre, soit que l’islam est en soi une religion incompatible avec la démocratie (retour à la case SIOE), soit que l’islam est peut-être une religion respectable, mais qu’il n’a pas sa place en Europe, laquelle devrait rester « pure » de toute influence étrangère (retour à la case extrême droite) ?

 

Au lieu de brandir la menace d’une Europe islamisée, ne faudrait-il pas de toute urgence lutter en faveur de la laïcité de l’Etat ? C’est-à-dire le droit pour chacun de pratiquer sa religion, mais aussi d’en changer ou de l’abandonner, et celui de critiquer les religions (3). C’est-à-dire, aussi, l’acceptation d’une certaine privatisation de la religion, dès lors que l’Etat, n’étant pas confessionnel, ne peut accepter de s’organiser en fonction des pratiques religieuses des uns et des autres. C’est-à-dire, enfin, l’application à tous des lois qui valent pour tous. Parce que finalement, le propre d’un Etat laïque, c’est qu’avant d’être catholiques, bouddhistes, juifs ou musulmans, nous sommes tous citoyens d’un même Etat, lequel a précisément pour fonction de garantir les mêmes droits et les mêmes devoirs pour tous. Sans sombrer ni dans le racisme, ni dans cet autre deux poids deux mesures qu’est le relativisme culturel, qui a permis d’acquitter les parents et le frère de Fatima, coupables de mauvais traitements, au motif que ceux-ci ne souhaitaient « que » la punir pour « son style de vie non-conforme à leur culture ». (4)

Ne pas transiger sur cela, c’est lutter tout à la fois contre l’islamisme et contre l’extrême droite. Pour une Europe métissée et démocratique.

 

 

 

(1) http://stopislamisationdesesprits.blogspot.com/

(2) Stop à l’islamisation du Danemark, un parti politique qui vise à stopper l’islamisation du Danemark

(3) Un droit qui est régulièrement bafoué : ainsi Taslima Nasreen et Ehsan Jami ont-ils été victimes tout récemment d’une agression. La première, écrivain bangladaise, est qualifiée d’ « anti-islamique » par le président du parti Majlis-e-Ittehadul-Muslimeen, dont les agresseurs se revendiquaient. Le second est membre actif du PvdA (parti socialiste néerlandais) et président d’un comité d’ex-musulmans.

(4) Voir http://www.liberation.fr/actualite/monde/271616.FR.php

Publié dans Laïcité - religions