Pourquoi je n’irai pas au Garcia Lorca

Publié le par Nadia Geerts

Mon premier contact avec le centre culturel Garcia Lorca date du 6 septembre dernier. Il s’agissait alors d’organiser un débat contradictoire autour de la pétition contre l’immixtion du religieux à l’école, pétition dont je suis l’une des initiatrices. J'en avais accepté le principe, comme je l'avais déjà fait précédemment à d'autres occasions.

Au matin de ce débat – qui s’est transformé entretemps en débat sur « Le foulard et l’école », ce qui n'était pas précisément la même chose, mais soit –, je n’ai, malgré plusieurs demandes de ma part, toujours pas eu le moindre contact avec mon interlocutrice, Nadine Rosa-Rosso. Qui plus est, contrairement à ce qui avait été annoncé, il n’y aura apparemment pas de modérateur, lors d’un débat qui s’annonçait pourtant vif - et depuis quelques heures, hélas, carrément haineux.
En témoignent les messages d’insultes, de menaces et autres tentatives d’intimidation à mon intention qui circulent sur le net.
Je n’ai pas pour habitude de participer à des combats de coqs. J’ai toujours accepté l'exercice démocratique consistant à confronter des points de vue, pour peu que celui-ci soit exempt d'insultes et d'appels à la violence et qu’un minimum de cadre soit établi afin d'éviter que ce qui devrait être un débat contradictoire ne se transforme en pugilat.
En l'état, ces conditions essentielles ne me semblent clairement pas assurées.
Je reste à la disposition de Madame Nadine Rosa-Rosso pour un débat respectueux des deux parties, avec contact préalable et garanties mutuelles. Je lui propose d'organiser sérieusement cette confrontation dans des conditions dignes des exigences démocratiques.