Monologues voilés et autres découvertes

Publié le par Nadia Geerts

Après les Monologues du vagin, d’Eve Ensler, voici les Monologues voilés, d’Adelheïd Roosen. Un spectacle exceptionnel qui donne à voir toute la complexité du… vagin musulman, ou en d’autres termes, de la sexualité et de la sensualité féminines en islam. Une pièce en douze monologues, où l’on explore pêle-mêle le plaisir, la virginité, l’excision, le désir, le mariage forcé, le mythe de l’hymen, l’homosexualité, la défloration,… Une pièce audacieuse qui, évitant magistralement les clichés grossiers, manie subtilement le rire et l’émotion.

Quatre comédiennes « arabo-belges » se font les interprètes d’une septantaine de femmes d’origine musulmane vivant aux Pays-Bas qui ont accepté de témoigner de la manière dont l’islam influe sur leur sexualité, et nous donnent à voir tout à la fois un hymne à la sensualité orientale et une dénonciation impitoyable de l’instrumentalisation du religieux à des fins d’exploitation de la femme.
Mais le spectacle ne serait pas complet s’il n’y avait les chants d’Hassiba Halabi, ni ces grands moments où les quatre comédiennes délaissent leur texte pour se lancer dans des chants et danses endiablés. A voir absolument.
 
Tant que j’y suis à partager mes coups de cœur, les vacances étant propices à des découvertes, j’aimerais vous parler brièvement de trois livres.
Le premier est le troisième volet d’un travail d’investigation mené par Jean Hatzfeld dans le Rwanda d’après 1994 (voir aussi http://www.resistances.be/nadiarwanda.html). Dans La stratégie des antilopes, il explore la difficile reprise de la vie commune entre Tutsis rescapés du génocide et tueurs Hutus libérés du pénitencier et contraints d’œuvrer ensemble à une réconciliation aussi indispensable qu’artificielle.
Jean Hatzfeld viendra parler de cet ouvrage poignant, curieusement édité dans la collection « Fiction & Cie » des éditions du Seuil, le 24 janvier prochain à 20h30 au CCLJ, Auditorium Jacob Salik de l'Espace Yitzhak Rabin, Rue de l'Hôtel des Monnaies 52 à 1060 Bruxelles. Informations et réservations: au CCLJ : +32 2 543 02 70 ou info@cclj.be
 
Les suivants sont deux romans – de vrais romans ceux-là - publiés dans la collection 10/18 - domaine étranger: 
Trois Dollars, d’Elliot Perlman (dont j’avais déjà dévoré Ambigüités), fait le récit, dans la veine de Douglas Kennedy, de la déchéance sociale d’un antihéros dans une Australie aux prises à l’ultralibéralisme. Un livre captivant à l’humour corrosif. 
Le second, Les cerfs-volants de Kaboul, de Khaled Hosseini, fait, au travers de l’histoire d’amitié de deux petits garçons, le tableau d’un Afghanistan dévasté par l’invasion russe, puis la prise de pouvoir des Talibans. Un livre bouleversant.
 
Je m’en voudrais de terminer ce modeste récapitulatif de mes découvertes récentes sans mentionner le dernier CD de Claude Semal, Belgik. Un opus très Semal, mêlant burlesque et politique, tendresse et coups de gueule, le tout avec une verve émouvante, réjouissante et drolatique. Le CD est disponible sur commande (http://retouralarchipel.net/semal/JeuSemal.htm) à prix sympa. Et je me demande toujours pourquoi la RTBF n’a pas à cœur de diffuser abondamment l’ami Claude, qui mérite de toute évidence une place de choix au rang des chanteurs belges, aux côtés de Mauranne, Philippe Lafontaine ou William Dunker (non, je n’ai pas dit Sandra Kim !). Bon, d’accord, il a aussi commis « Majesté », et un irrésistible… « Denis Collard ». De petits bijoux d’irrévérence et de gouaille, soit dit en passant.