Sauvons le colloque singulier !

Publié le par Nadia Geerts

Y a des méchants qui font rien qu'à embêter le roi. Dernièrement, ils n'ont rien trouvé de mieux que de dévoiler certaines choses que Sa majesté leur avait dites dans le secret du colloque singulier. Et ça, c'est pas bien. Parce que si chacun se met à raconter ce que le grand Bébert II ou un de ses pairs (passés ou à venir, salut) a dit sous le sceau du secret, on risque bientôt d'apprendre que:
- le roi se pique d'avoir des opinions politiques. Et ça, c'est très grave. On peut rencontrer des ministres pendant quarante ans chaque semaine, mais de grâce, restons neutre et au-dessus de la mêlée ! C'est vrai quoi, chacun son rôle: aux politiques les idées, au roi les discours de Noël, et les vaches seront bien gardées.
- le roi dit des conneries grosses comme le palais de Laeken. Et ça, c'est très grave aussi. Le roi est intelligent, forcément. Et s'il lui arrive de dire une connerie, c'est sûrement de l'humour qu'on n'a pas compris, comme quand Leterme entonne la Marseillaise pour prouver qu'il connaît l'hymne national belge.
- le roi souffre d'aérophagie, d'hémorroïdes ou d'énurésie. Et ça, ça la fout mal, on est bien d'accord. Le roi est en pleine forme, sauf quand il se fracture le col de l'utérus, quand il a de gravissimes problèmes avec sa conscience parce qu'il y a des parlementaires qui veulent génocider des foetus ou qu'il meurt et qu'on crie avec un bel ensemble "Le roi est mort, vive le roi !". Sinon, tout va bien, forcément.

Pour éviter ça, il y a certes une solution: puisque chacun des actes du roi doit être couvert par un ministre qui par cela seul, s'en rend responsable, puisque les paroles du roi sont des actes (même si on a peine à le croire quand un écoute ses discours de Noël), il suffit de mettre un ministre derrière le roi chaque fois qu'il reçoit quelqu'un en colloque singulier. Evidemment, vous me direz qu'alors, ce ne serait plus un colloque singulier, mais bon, soyons fous. Non, le principal problème, c'est le fric que ça coûterait de payer un ministre pour approuver chaque parole du roi. Pas de ça Lisette ! Donnons plutôt au plus vite un cours accéléré de citoyenneté aux ministres et autres invités royaux, pour qu'ils comprennent en fin que pour le plus grand bien de notre portefeuille et de la loyauté fédérale (je sais, on voit pas bien le rapport, mais il paraît que c'est vachement important et quel seul le roi peut la garantir), il faut absolument qu'ils la bouclent. 

C'est vrai quoi à la fin.

Publié dans République