Monsieur ou Damoiseau ?

Publié le par Nadia Geerts

Lettre ouverte à ces hommes qui minaudent : « Madame ou Mademoiselle ? »

 

Sans doute croyez-vous faire preuve d’une exquise politesse en nous questionnant, lorsque vous nous adressez la parole : « Madame ou Mademoiselle ? ». Et peut-être pensez-vous plus courtois encore de nous décerner d’autorité un « Mademoiselle » tout empreint de galanterie, un brin désuète mais tellement charmante, où fleure bon le compliment sous-entendu : vous paraissez si jeune encore…

Et probablement beaucoup d’entre nous vous répondent-elles alors, dissimulant tout aussi courtoisement une pointe d’agacement, en déclinant leur état civil : Madame ou Mademoiselle.

Ne vous est-il jamais venu à l’esprit, cependant, que la question, pour innocente qu’elle paraisse, a quelque chose de désagréablement intrusif ? En quoi, en effet, serions-nous contraintes de révéler notre statut matrimonial au premier inconnu qui passe ? En quoi l’information est-elle pertinente ? S’agit-il de savoir si nous sommes « libres » ou pas ? Outre que ce serait ignorer qu’il est certainement des dames très disponibles et des demoiselles qui le sont fort peu – sans même évoquer ce que cette disponibilité a priori a de curieux, dès lors qu’elle fait l’impasse sur votre (absence de) séduction potentielle à nos yeux –, il y a là une manière fort désobligeante, si l’on veut bien y réfléchir un peu, de nous réduire à notre « qualité » d’objet de convoitise.

Aucun d’entre vous, je pense, n’aurait le culot de demander d’emblée à une femme qu’il rencontre si elle est mariée ou non : cela paraîtrait à juste titre une indiscrétion frisant la goujaterie. Pourtant, vous ne faites rien d’autre en vous enquérant très civilement : « Madame ou Mademoiselle ? ».

Que penseriez-vous si les femmes se mettaient demain à vous questionner : « Monsieur ou Damoiseau ? » alors que vous avez 25, 35 ou 45 ans ? Sans doute trouveriez-vous la question incongrue : vous êtes un homme, qu’on vous appelle donc Monsieur !

Qu’attendez-vous alors pour abandonner ce « Mademoiselle » aussi obsolète que machiste, qui réduit une femme à son état civil ? Appelez-nous donc « Madame » dès lors que nous sommes manifestement sorties de l’adolescence, exactement comme nous renonçons au « jeune homme » !

Et vous, Mesdames – mariées ou non – qui trouvez flatteur d’être appelées « Mademoiselle » alors que vous avez atteint, voire dépassé depuis longtemps la trentaine, réfléchissez à ce que cette tradition a de foncièrement machiste, sous ses dehors galants. Et la prochaine fois qu’on vous interrogera : « Madame ou Mademoiselle ? », rétorquez en souriant : « Monsieur ou Damoiseau ? ».

 

Publié dans Féminisme