Bonjour !

 

 

      portraits nadia 2011 220

Recherche

Agenda

Le 19 septembre à 19h: Présentation de mon livre "La neutralité n'est pas neutre" à l'assemblée citoyenne du Mouvement de Gauche, Fontaine L'Evêque, taverne Le Richelieu
Le 23 septembre à 19h30: Prticipation à une conférence débat organisée à l'ULB par le Cercle du libre examen sur le thème "Laïcité et diversité font-elles bon ménage ?" avec Pierre Galand, Mehmet Saygin et Marc Jacquemain. Infos: https://www.facebook.com/events/560632677326604/
Le 15 octobre à 14h: Conférence "La neutralité n'est pas neutre"  UMONS boulevard Dolez 31 
Le 18 octobre à 20h: Maison de la Laïcité de Colfontaine - conférence sur « La Laicité au XXIème siècle ».

Texte Libre

15 mai 2008 4 15 /05 /mai /2008 16:35

 

L’information s’étale à longueur de suppléments, occupe la moitié d’un journal télévisé, alimente les conversations, fait la Une de la presse écrite. La situation des droits de l‘homme en Chine ? Une quelconque catastrophe naturelle ? Un nouveau scandale politico-financier ? Un énième épisode de la saga gouvernementale belge ?

Pas du tout. Justine Hénin a décidé qu’elle arrêtait de taper dans une baballe jaune avec une raquette. Chose qu’elle faisait certes fort bien, et qui lui a permis, en quelques années, d’engranger une coquette somme d’argent qu’elle a fort judicieusement planquée à Monaco, histoire d’éviter d’en gaspiller une partie en contributions et taxes diverses, non mais.

D’aucuns me traiteront sans doute une fois de plus de pisse-vinaigre, mais cette grand-messe médiatique autour d’une joueuse de tennis m’agace supérieurement. Non pas que j’aie plus de sympathie pour l’engouement qui a suivi je ne sais quelle victoire tant attendue des « Rouches » –  en tapant dans une baballe, eux aussi. Qu’ils soient d’ailleurs adeptes de la petite ou de la grosse balle, du vélo ou du cheval, de la brasse ou de l’aviron, du saut en hauteur ou d’un quelconque autre sport, je m’en tape éperdument : la Terre est pleine de gens qui font bien ce qu’ils font, et alors ? Porte-t-on pareillement aux nues, couvre-t-on pareillement d’argent, d’une manière qui en devient indécente, tous ceux qui ont un indéniable talent dans un domaine particulier ? L’artisan qui confectionne la meilleure tarte al djote, le traducteur qui a le mieux su saisir l’essence même d’un texte de Cicéron ou de Goethe, l’interprète qui chante avec le plus d’émotion tel opéra de Verdi, le virtuose de l’aiguille, du violoncelle ou de l’entrechat ne mériteraient-ils pas autant de considération que « Juju » ? Ou, pour traduire plus exactement ma pensée, Justine Hénin mérite-t-elle, pour ses exploits tennistiques, plus d’admiration, d’heures d’antenne et de gros sous que tous ces gens qui, chacun dans leur discipline, travaillent également sans compter leurs heures pour atteindre un jour, peut-être, l’excellence (et certainement sans produits dopants, mais je m’arrête là, au risque de me voir poursuivre pour crime de lèse-majesté, d’avoir sous-entendu qu’il n’était pas totalement inimaginable, après tout, que comme tant d’autres dans le domaine sportif, Justine Hénin ait eu recours à des substances illicites) ?

Bref. Quelqu’un pourra-t-il un jour m’expliquer ce qui justifie la place ahurissante qu’occupent les sports, et en particulier certains d’entre eux, dans une presse dont la mission me semble être de m'informer de l’actualité « généraliste »? De la même manière que je dois avoir recours à la presse dite spécialisée pour tout savoir des dernières frasques de Britney Spears – excusez, mes références datent un peu –, pour connaître le résultat du dernier tournoi de golf ou de la dernière course hippique, pour savoir si le dernier film d’Almodovar vaut le détour ou encore pour contempler la tenue que portait la princesse Machinchose au dernier rallye de la haute, pourquoi ne réserve-t-on pas le foot et le tennis à la presse sportive ?

Exit Juju donc, et, vous m’aurez comprise, c’est à mes yeux plutôt une bonne nouvelle. Pourvu que demain une nouvelle future championne (ou un nouveau futur champion, je ne suis pas sexiste) belge ne pointe pas le bout de sa raquette…

Partager cet article

Published by Nadia Geerts - dans Société
commenter cet article

commentaires

hermite 22/05/2008

C'est pas faux !!!Honteux pourrions nous dire....Ce donner bonne conscience en dénonçant tout cela ?Mais dites moi..sommes nous obliger de lire les articles ou de regarder la télé ?Que faisons nous pour que cela change ? Que faisons nous pour aider ou soutenir ceux ou celles qui n'y arrive pas ?

Philippe Schwarzenberger 23/05/2008

Bonjour à toutes et tous,Le jour où il a dit "le football c'est l'intelligence en mouvement", Henri de Montherlant a certainement oublié d'être con. Allez, là je suis bêtement méchant; il ne connaissait ni Justine, ni la télé. Mais enfin, maintenant elle est là, toute à notre disposition pour nous coacher dans notre vie quotidienne. Après Martine à la plage, Justine au bureau de conseil. Quinze à! Bonne nouvelle aussi, elle songe à quitter Monaco pour revenir payer ses impôts en Gelbique; on est sauvés. Mais surtout n'allez pas me jeter la pierre si vous me voyez un jour dans un stade de foot, on peut y faire des voix. ;-)

Jutta 31/05/2008

Justine est venue, s'est fait du blé et  vous fait un tout petit doigt d'honneur. Bande de jalouse !

Philippe Bagnon 10/06/2008

Le sort c'est la liberté de la presse:On peut exalter le patriotisme sans passer pour un raciste.On peut vanter le mérite sans passer pour d'extrême droite.On peut vanter les performances physiques sans passer pour des nazis.Les sportifs peuvent exprimer librement l'amour pour leur famille sans passer pour catholiques rétrogrades.Les brésiliens peuvent impunément prononcer le notre-père sans passer pour des croisés.Bref, à l'heure où la presse est muselé par le prêt-à-penser ecolo-troskyste, vive le grand bol d'air.

Victor Bonjean 12/06/2008

Pour savoir ce que George Orwell pensait du sport de haut niveau, un petit lien: http://www.george-orwell.org/The_Sporting_Spirit/0.htmlJ'y ajouterai que selon moi, le problême de l'identification du groupe à un champion (ou à une équipe championne) ne se situe pas au niveau de l'athlète mais du groupe, ou plus précisément des individus s'identifiant à ce groupe. Par groupe, entendez, nation, ethnie, région, peuple...Pour le reste, force est de constater que l'être humain est ce qu'il est et non ce que l'on voudrait qu'il fusse.

Articles Récents

Accueil

Ce blog se veut, entre autres choses,  un espace de libre critique des tentatives d'immixtions du religieux dans le champ du politique - de la res publica -, partant du principe que seule la laïcité de l'Etat permet la coexistence de diverses sensibilités philosophiques et religieuses, sans qu'aucune d'elles ne prétende écraser les autres. Ni religion d'Etat, ni athéisme d'Etat, mais la conviction que nos options religieuses et philosophiques sont affaire privée, au même titre que notre sexualité.
Comme fil conducteur, l'humanisme, qui récuse l'enfermement de qui que ce soit dans des catégories qu'il n'a pas choisies, au nom de sa sacro-sainte appartenance à la communauté, quelle qu'elle soit.

Mes bouquins

fichuvoile-f6f88

 

 

 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog