Y a de l'abus !

Publié le par Nadia Geerts

Depuis quelques jours, Georges-Pierre Tonnelier me presse avec une insistance qui devient pénible de retirer les articles le concernant de ce blog. Aujourd’hui, voilà que je reçois même une « notification d’abus » d’Overblog, m’avertissant que G-P Tonnelier souhaite que j’efface « les articles le concernant, cela dans un délai raisonnable ».

Je souhaite donc mettre ici les choses au point :

La première information concernant le fait que Georges-Pierre Tonnelier aurait quitté le Front National m’a été transmise par celui-ci en date du 20 septembre dernier, avec à l’appui une lettre de Patrick Sessler, secrétaire général du Front National, mentionnant que cette rupture de collaboration avait eu lieu en février 2008. Je note donc que pendant 5 mois, Georges-Pierre Tonnelier n’a pas jugé utile de communiquer sur ce sujet, mais que pour ma part, je suis censée obtempérer à sa demande dans les deux semaines, sous peine de plainte pour abus !

Depuis ce premier mail du 20 septembre, j’ai à plusieurs reprises proposé à Georges-Pierre Tonnelier de rédiger un article expliquant les raisons de son départ, article que j’aurais publié ici-même bien volontiers. Cela me paraissait en outre tout à fait en accord avec la campagne « Ils se trompent de colère », que Georges-Pierre Tonnelier avait reprise à son compte sur Facebook récemment, et qui s’adresse précisément aux électeurs et autres partisans de l’extrême droite.

Jamais Georges-Pierre Tonnelier n’a réagi à cette proposition, invoquant sans cesse son « droit à l’oubli » dans les dix ( !) messages qu’il m’a faits parvenir depuis le 20 septembre.

J’estime personnellement que Georges-Pierre Tonnelier étant actif depuis plusieurs années au sein de l’extrême droite belge, et cet engagement étant public (d’abord au Front national de Daniel Féret, puis au Front nouveau de Belgique, puis à nouveau au FN, et enfin parmi les dirigeants du... nouveau FN), la moindre des choses serait qu’il mette autant d’énergie à communiquer sur son revirement politique qu’à revendiquer l’effacement de toute référence à son nom. D’autant que Georges-Pierre Tonnelier est un habitué des ruptures avec un parti d’extrême droite… immédiatement suivies d’un ralliement à un autre parti d’extrême droite ! Je n’ai aucune envie, comme m’en accuse Georges-Pierre Tonnelier, de le « stigmatiser en raison de ses opinions politiques », ni de « créer une banque de données publiques de personnes "ayant fauté" à lyncher moralement », mais j’estime simplement de mon devoir de m’assurer que cette personne a bel et bien rompu avec les idées d’extrême droite avant de contribuer à l’aider à se refaire une virginité politique. A cet égard, une déclaration du principal intéressé suffirait amplement, mais Monsieur Tonnelier préfère manifestement sortir la grosse artillerie…

Je rappelle donc à Georges-Pierre Tonnelier que l’association antifasciste RésistanceS (contact : info@resistances.be) recueille volontiers les témoignages de ceux qui, à un moment de leur vie, « se sont trompés de colère » et souhaitent éviter à leurs concitoyens la même erreur.

Pour le reste, il est évidemment hors de question que, tout en refusant de communiquer sur son récent retrait du FN, Georges-Pierre Tonnelier exige de moi que je retire toute référence à sa personne de ce blog – vise-t-il d’ailleurs également les innombrables commentaires qu’il y a lui-même postés ?