La bête immonde…

Publié le par Nadia Geerts

Le sénateur Michel Delacroix filmé alors qu’il entonne une odieuse chansonnette, sur l’air de « L’eau vive » : « Ma petite Juive est à Dachau, Elle est dans la chaux vive. Elle a quitté son ghetto, Pour être brûlée vive »…

Voilà une publicité dont se serait bien passé le Front National, qui déploie beaucoup d’efforts pour tenter de faire croire qu’il est un parti respectable, injustement ostracisé. Il ne faut pourtant pas être grand clerc pour savoir que le FN, comme ses semblables d’extrême droite, continue à entretenir des liens avec les milieux négationnistes, néo-nazis, etc. (voir par exemple sur ce sujet http://www.resistances.be/fnnazi.html).

 

Comment ne pas mettre en parallèle cet événement avec les récents propos d’un habitué de ce blog, Rachid Zegzaoui, lequel proclamait sans complexe que « tout ceux qui font l'apologie ou la promotion du sionisme sont complices de crimes que perpétuent cette idéologie, au même titre que ceux qui faisaient la promotion du nazisme ou de l'apartheid, que ça vous plaise ou non !!! SIONISME = RACISME !!! ». Propos que j’ai publiés afin que nul ne puisse ignorer les amalgames scandaleux opérés par certains.

Une chose est en effet de critiquer la politique d’Israël, laquelle est à bien des égards contestables. Mais une autre est d’assimiler sans autre forme de procès tout partisan de l’existence d’un Etat d’Israël à un nazi d’un nouveau genre.

 

Car cela équivaut à prétendre qu’il y a, dans l’esprit d’Israël, une volonté délibérée d’exterminer le peuple palestinien, non en raison de ses actes éventuels ou d’intérêts géopolitiques, mais en raison de ce qu’il est. Car c’est très exactement l’immonde particularité des génocides : cette volonté d’extermination jusqu’au dernier, que ce soit des Juifs ou des Tutsis, pour ne prendre que ces deux exemples. Les enfants juifs, telle la petite fille de la chanson de Delacroix, étaient exterminés parce qu’ils étaient juifs, et pour nulle autre raison. Auraient-ils voulu se convertir au catholicisme pour échapper aux persécutions, que ça leur aurait été refusé, puisqu’aux yeux des nazis, ils étaient irrémédiablement juifs, quoi qu’ils fassent, et pour cette raison devaient disparaître de la surface du globe.

La guerre est une chose horrible, et les guerres civiles et autres conflits armés n’échappent pas à la règle. Mais il y a malgré tout une gradation dans l’horreur, qu’il est important de garder à l’esprit sous peine de transformer bientôt le génocide commis par les nazis en une vulgaire somme de dégâts collatéraux occasionnés par la seconde guerre mondiale.

 

Par cet amalgame révoltant entre la politique d’Israël et celle de l’Allemagne nazie d’une part, entre les partisans d’un Etat israélien et les nazis de l’autre, Rachid Zegzaoui a dépassé les bornes de l’admissible. Il n’est définitivement plus le bienvenu dans cet espace de débat. Et je n’hésiterai pas à dire : bon débarras.