Alleluia ! L'Eglise doute

Publié le par Nadia Geerts

L’Eglise a beaucoup de certitudes.

Dieu existe, c’est l’évidence même. Il est même trois en un, et le fils est né d’une mère miraculeusement restée vierge après sa conception.

Dieu ne veut pas que nous forniquions. Dieu sait pourquoi, il n’aime pas ça du tout. Tout ce qui s’éloigne un tant soit peu de la sexualité à des fins uniquement reproductives ? Péché. Car Dieu ne connaît pas le plaisir, ou s’il le connaît, l’a en horreur car il éloigne de Lui. Ne discutez pas, c’est comme ça.

Dieu aime la vie, la vie sous toutes ses formes. Celle, par exemple, qu’a prise pendant dix-sept années l’existence Eluana, victime d’un accident de voiture qui l’a plongée dans le coma. Un coma dont elle vient de sortir enfin en mourant, après que la Cour de cassation italienne ait enfin autorisé la cessation de son alimentation par sonde. Et ça, Dieu n’aime pas du tout : c’est un assassinat, rien de moins. Parce qu’une vie, c’est une vie, non mais. Et à part le pape, nul ne peut demander qu'on ne s'acharne pas à le maintenir en vie. Sinon, où va-t-on ?

Dieu, par ailleurs, est amour. Il est à la fois infiniment bon et infiniment puissant. Et seuls de mauvais esprits peuvent trouver qu’il y a quelque chose qui cloche dans cette histoire de Dieu tout-puissant et infiniment bon qui, néanmoins, ne veut ou ne peut pas abolir le mal sur la terre. Taratata, vous n’avez rien compris, bande de mécréants : Dieu est tout cela à la fois, mais il nous a donné la liberté, et nous en usons mal. D’où, c’est l’évidence, les cataclysmes, les famines, les catastrophes naturelles, les enfants qui meurent. D’ailleurs, il faut voir dans tout cela des « épreuves ». Car Dieu, bien qu’infiniment bon, aime à nous éprouver.

 

En revanche, il ne faudrait pas en conclure que l’Eglise est insupportablement arrogante, incapable de questionnements, d’hésitations, de doutes. Oh que non.

Copernic, puis Galilée, démontrent l’héliocentrisme ? 400 ans de tergiversations avant que L’Eglise reconnaisse qu’ils avaient raison.

Darwin met au jour la théorie de l’évolution ? Ce n'est qu'en 1996 que le pape Jean-Paul II reconnaît que "des connaissances récentes (sic) conduisent à reconnaître que la théorie de l'évolution est plus qu'une hypothèse". Près de 150 ans après, donc.

Tous les historiens sérieux reconnaissent comme un fait historique l’extermination massive des Juifs pendant la seconde guerre mondiale ? Un évêque plisse un front soucieux et demande à voir des preuves, faute de quoi il continuera à dire que «Je crois qu’il n’y a pas eu de chambres à gaz (…) Je pense que 200.000 à 300.000 Juifs ont péri dans les camps de concentration, mais pas un seul dans les chambres à gaz» (évêque Richard Williamson, émission «Uppdrag gransning», programme hebdomadaire de la télévision publique suédoise SVT.)

Des esprits chagrins s’indignent qu’un tel personnage puisse avoir bénéficié, avec trois autres évêques intégristes de la Fraternité St Pie X, d’une levée d’excommunication par le pape Benoît XVI ? Aussitôt des chrétiens de lèvent en masse pour soutenir le pape (http://www.soutienabenoitxvi.org/). Parce que bon, c’est vrai quoi, n’est-ce pas manquer cruellement de charité chrétienne que de refuser l’accès au giron de l’Eglise à des gens qui ont le seul tort de douter ? Douter que les chambres à gaz aient existé, douter que l’extrême droite soit une mouvance peu fréquentable, douter que des gens comme Pétain, Franco, Salazar ou Touvier soient vraiment des méchants (voir le dossier de RésistanceS http://www.resistances.be/fsspx01.html)...

 

Non, je vous le dis, l’Eglise est merveilleuse par son ouverture au doute perpétuel. Et ce serait lui faire un bien mauvais procès que de lui reprocher les quelques certitudes qu’elle a péniblement acquises au fil des siècles, par une démarche rationnelle rigoureuse et implacable.

Publié dans Laïcité - religions