Circoncision – excision : de la nuance, s’il vous plaît !

Publié le par Nadia Geerts

La dernière livraison de la newsletter française Riposte laïque nous apprend qu’une députée UMP demande le remboursement de la circoncision rituelle par la sécurité sociale (http://www.ripostelaique.com/Circoncision-une-deputee-UMP-veut.html).

Et certes, je ne vois personnellement pas au nom de quoi la sécurité sociale, financée par tous les citoyens, rembourserait une intervention qui n’a comme seule justification qu’un motif religieux ou culturel. A fortiori lorsque cette intervention consiste à amputer le corps d’un très jeune enfant sans son consentement. Il me semble que de toute évidence, la circoncision contrevient au droit à l’intégrité physique dont tout enfant devrait jouir, avant qu’il soit en âge de décider, par lui-même, de se faire trouer le sourcil, percer le nombril, tatouer le biceps ou couper l’extrémité du prépuce.

 

Pour autant, je n’en suis pas moins choquée par la manie de certains de mettre sur le même pied circoncision et excision. Ainsi, le même article de Riposte laïque dénonce le fait que « Dans les rangs des bien-pensants de gauche comme de droite, il n’est pas politiquement correct de dire que la circoncision est une mutilation. Il ne faut surtout pas mettre en parallèle la circoncision et l’excision. »

De la même manière, l’ineffable Rachid Zegzaoui pose une question du même type, lorsqu’il conclut un article (http://rachid-zz.skynetblogs.be/post/6686467/excision-et-autres-mutilations-en-question) par : Alors, dites-moi donc, mesdames et messieurs les sensibilisés et sensibilisateurs : pourquoi la mutilation (génitale) masculine n’est-elle pas dénoncée, condamnée, combattue au même titre que celle infligée, par une société outrageusement patriarcale dit-on, aux femmes ??? Expliquez moi ça ??? J’aimerais comprendre pourquoi le sexe masculin ne bénéficie-t-il pas de la même attention que le sexe féminin ??? Ca m'intéresse !!!”

 

Or, il me semble que cette question témoigne d’une ignorance fondamentale de la différence entre le prépuce et le clitoris. A la différence du prépuce, le clitoris est un organe largement inervé qui joue un rôle majeur dans le plaisir féminin. Autrement dit, en coupant au garçon le bout de son prépuce, on ne le prive aucunement d’un quelconque accès futur au plaisir, tandis qu’on prive irrémédiablement la future femme de ce même plaisir. Ce qui est d’ailleurs probablement le but ultime de l’excision : s’attacher la femme en maîtrisant son corps.

Rien de tel dans la circoncision, qui ne témoigne aucunement d’un désir de contrôle par les femmes du corps, de la sexualité et du plaisir de leur (futur) époux.

 

Entendons-nous bien : je ne suis pas favorable à la circoncision, excepté bien sûr lorsqu’elle se justifie pour raisons médicales. Et je suis encore moins favorable à ce que la sécurité sociale rembourse une quelconque intervention motivée exclusivement par les convictions religieuses ou les pratiques culturelles. Mais il ne faudrait pas, sous prétexte d’égalitarisme, en venir à considérer circoncision et excision comme des phénomènes comparables sur le plan de leurs conséquences. Ce qui pourrait avoir pour effet désastreux la banalisation de l’excision, réduite au statut de « circoncision féminine » sans plus.  

 

Publié dans Féminisme