Egalité sans guillemets : suite et fin

Publié le par Nadia Geerts

Outre les éléments déjà évoqués ici à propos de ce tract « Voilées ou pas nous exigeons l’égalité », il est un autre élément sur lequel j’aimerais revenir. C’est le passage suivant :

« Des foulards, dont l’interdiction exacerbera la visibilité au lieu de la réduire, mais peut-être aussi d’autres réactions d’amertume un peu plus méchantes de la part des groupes discriminés. « Qui sème l’injustice récolte la colère », non ? On ne peut pas constamment mépriser, écraser, exclure, sans provoquer un jour une révolte ».

 

Ou je me trompe fort, où il s’agit là d’une menace… à peine voilée. Certes, Nordine Saïdi se donne des allures de citoyen vigilant, soucieux d’attirer l’attention de ses concitoyens sur le danger qu’il y a à provoquer le courroux de ces « citoyens de seconde zone », que sont à l’en croire les musulmans de Belgique. En réalité, il ne fait rien d’autre que de souffler sur les braises, d’une manière totalement irresponsable. Une chose est de dénoncer des injustices, réelles ou supposées. Une autre est de laisser entendre que si les choses ne changent pas, il y aura forcément du grabuge, et qu’on l’aura en quelque sorte bien cherché.

Jamais, personnellement, je ne cautionnerai la violence, d’où qu’elle vienne. La colère est la chose la plus communément partagée ; et nombre d’électeurs de partis d’extrême droite sont très certainement des gens en colère, que ce soit contre l’establishment francophone, la politique d’immigration ou les politiciens pourris. Cela ne les autorise pas pour autant à laisser entendre que ne pas écouter leurs revendications mènera inévitablement à des débordements prétendument incontrôlables, qu’ils auront en réalité instigués.

Car c’est bien là le fond du problème : lorsqu’un homme politique se met à distribuer des tracts soulignant que ne pas prendre les mesures qu’il préconise suscitera « des réactions d’amertume un peu plus méchantes » et « la révolte », il quitte l’action politique, qui implique discussion et négociation autour de la chose publique, pour entrer dans le jeu inquiétant qui consiste à inciter ses électeurs à la colère et à la révolte, colère et révolte sur lesquelles il pourra ensuite d’autant mieux asseoir sa « politique », sur fond de « Je vous l’avais bien dit ! Maintenant, écoutez-moi et faites ce que je vous dis, sinon ça ira de mal en pis ».

Et par là, il se discrédite totalement en tant qu’homme politique.

Mais on n’est plus à ça près avec Nordine Saïdi, que l’on peut voir, sur le blog de Rachid Zegzaoui (http://rachid-zz.skynetblogs.be/category/1393659/1/Politique+-+Actualit%E9), déambuler en compagnie de Dieudonné himself… Sûr qu’avec un homme comme Dieudonné, on va la rétablir, l’égalité odieusement compromise par d’infâmes racistes colonialistes et arrogants : Faurisson sera enfin l’égal de Klarsfeld, comme dans ce sketch immonde du justicier Dieudonné: http://www.new.facebook.com/ext/share.php?sid=78367740691&h=PoZRM&u=5zjOO.

 

 

Publié dans Société