Alléluia : une femme voilée au Parlement bruxellois !

Publié le par Nadia Geerts

Mahinur Özdemir, la fameuse candidate CDH dont le portrait avait été malencontreusement recadré afin de gommer son voile, a donc été élue. Et, chose curieuse, des esprits progressistes s’en réjouissent.

 

Commençons par préciser les choses : oui, dans l’état actuel des choses, Madame Özdemir avait parfaitement le droit de poser voilée sur ses affiches électorales. Et oui, elle a parfaitement le droit, comme elle a affirmé en avoir la ferme intention, de siéger voilée au Parlement bruxellois, comme elle le fait d’ailleurs depuis trois ans au conseil communal de Schaerbeek.

On connaît mes positions en matière de laïcité. A mes yeux, la séparation des cultes et de l’Etat, qui définit la laïcité, impose nécessairement que les mandataires politiques évitent de faire intervenir leurs convictions religieuses (privées) dans l’exercice de la prise de décision politique. Cela ne leur interdit évidemment pas d’en avoir, mais leur impose (dans l’idéal, je le répète, puisque la Belgique n’est pas un Etat laïque) d’argumenter sur le terrain politique en utilisant des arguments relatifs au bien commun, partageables par tous donc, et non des arguments d’ordre religieux, nécessairement non recevables pour certains de leurs collègues.

Or, le voile est à la fois beaucoup plus et beaucoup moins qu’un argument. Beaucoup moins d’abord, parce qu’il se borne à exposer une conviction sans l’expliciter. Beaucoup plus, parce qu’il l’expose en permanence, rendant impossible la mise sur le côté d’une information pourtant non pertinente dans la sphère politique, puisqu’elle concerne les convictions privées de celle qui le porte.

Inévitablement se pose dès lors la question : à quel titre Madame Özdemir va-t-elle siéger au Parlement bruxellois ? Est-ce en tant qu’élue CDH, ou en tant que musulmane ?

 

Cela, c’est en partie le problème du CDH. Un CDH qui n’a d’ailleurs pas brillé par la transparence dans cette affaire, tiraillé qu’il était sans doute entre un œcuménisme stratégique lui faisant voir d’un bon œil la présence d’une candidate voilée sur ses listes et un vieux fond catholique y voyant comme qui dirait un hiatus.

 

Ce qui ne lasse pas de me fasciner, en revanche, c’est l’enthousiasme avec lequel certains progressistes saluent l’élection de Mahinur Özdemir. Car enfin, elle n’est de toute évidence pas la première candidate de confession musulmane à être élue. Ce ne peut donc être qu’en tant que candidate voilée que son élection est ainsi saluée.

A mes yeux, c’est un peu comme si demain, des hommes et des femmes résolument « de gauche » saluaient l’arrivée d’un Loubavitch ou d’un disciple de Monseigneur Léonard parmi les élus du peuple. Le monde à l’envers…
Dans quelques années, se trouvera-t-il une belle âme "progressiste" pour de réjouir de la présence de la première femme en burqa élue au Parlement fédéral ?

 

 

 

Sur le même thème, voir aussi : http://nadiageerts.over-blog.com/article-31966191.html

Publié dans Laïcité - religions