Chantier valeurs de l’ULB : chronique d’une mort pas annoncée du tout

Publié le par Nadia Geerts

À la rentrée académique 2006, l’ULB lançait son « chantier valeurs ». Un chantier qui, sous la houlette de la conseillère au recteur Emmanuelle Danblon, devait se pencher sur la question « Que signifie le libre examen aujourd’hui ? » (http://www.ulb.ac.be/valeurs/).

 

Rapidement, ce chantier fut confronté à plusieurs difficultés, dont la moindre ne fut certes pas la conférence de Tariq Ramadan au sein de l’université du libre examen ; conférence qui fut finalement annulée (voir à ce sujet mon article http://nadiageerts.over-blog.com/article-5994403.html), ce qui donna naissance au collectif des cent valeurs (http://www.ulbruxelles.be/valeurs/index_8.html) qui se constitua d’emblée comme un contrepoids à une entreprise qui dissimulait mal son « aversion à l’égard de nouvelles diversités culturelles et religieuses ».

Bien loin du débat serein que les autorités académiques appelaient de leurs vœux, on assista très vite à une sorte de guerre intestine divisant la communauté ulbiste. Caroline Fourest, venue présenter une conférence au Janson, se fit huer et entarter, et Philippe Val eut bien du mérite à parvenir à prendre la parole, quelques temps après, face à une salle surchauffée pour qui le libre examen signifiait visiblement, bien plus que le débat, le droit inaliénable de l’empêcher…

 

Comment les autorités académiques réagirent-elles à un tel climat, incontestablement de plus en plus délétère ? Tout simplement en enterrant le chantier valeurs.

Lors du conseil d’administration du 15 septembre 2008, le nom de la conseillère aux valeurs fut tout simplement barré de la liste de l’équipe rectorale… Aucune annonce ne fut faite à la communauté universitaire, ni encore moins à la presse. Et c’est ainsi que le chantier valeurs fut enterré, pour la plus grande joie des « cent valeurs », peut-on supposer.

 

Aujourd’hui, l’ULB s’apprête à célébrer ses 175 ans. Quelle place sera réservée aux valeurs fondatrices de cette vénérable institution ? On peut se poser la question, quand on voit à quel point il est manifestement devenu difficile, voire incongru ou indécent, de parler de valeurs au sein de l’ULB…

Publié dans Société