Loup gris, Olivier et cité des ânes... Un déficit d'éthique ?

Publié le par Nadia Geerts

Soyons clairs: ma première réaction, suite à l'annonce du pied de nez qu'avait infligé Isabelle Durant à Laurette Onkelinx en signant avec le MR, a été: "bien fait !". Ni plus ni moins.
Parce que lorsqu'on se fait parachuter à Schaerbeek alors qu'il est de notoriété publique qu'on n'y a pas la moindre attache ni la moindre intention de s'y installer, on ne mérite guère mieux qu'un rappel, fût-il brutal, du fait que dans "élections communales" on entend "communales", et donc "commune".

Ma deuxième réaction, mon premier mouvement d'humeur - de bonne humeur - passé, fut pour m'étonner des mines de vierge effarouchée qu'adoptaient certains mandataires PS, Moureaux en tête, pour fustiger le manque d'éthique d'Isabelle Durant, qui n'hésitait pas à rompre un accord sans même en informer les signataires dudit accord. D'accord, le procédé manquait d'élégance, mais la politique a ses raisons que la raison connaît fort bien, et il y a belle lurette qu'hélas les leçons d'éthiques, venant du PS, ne provoquent plus rien d'autre en moi que le sourire narquois de celle à qui on ne la fait pas. D'autant que la présence d'au moins un candidat proche des "loups gris", organisation turque d'extrême droite, sur la liste socialiste schaerbeekoise, rendait caduque à la fois toute leçon de morale émanant du PS - quand on fricotte avec ces gens-là, remisant au placard ses soi-disant principes au nom d'un électoralisme de bas étage, on a la décence de se faire petit dans le registre de l'éthique...- et la légitimité du préaccord signé entre le PS, le CDh et Ecolo.

Vive Isabelle Durant, alors ?
Ben non, pas tout à fait. Parce qu'un point reste obscur à mes yeux, et m'empêche de l'applaudir sans mesure: lorsqu'elle a signé cet accord avec le CDH et le PS, ignorait-elle la présence de ce loup gris sur la liste PS ? C'est peu probable. Et si elle ne l'ignorait pas, pourquoi n'a-t-elle pas résilié l'accord en question avant même les élections ? Voilà qui aurait été moralement irréprochable.
Au lieu de cela, cette saga schaerbeekoise me laisse la désagréable impression que ledit loup gris, à lui tout seul, ne suffisait pas à déraciner l'olivier. Qu'on aurait pu s'en accommoder, si la majorité de cet olivier avait été plus confortablement assise. Bref, que les principes, chez Ecolo aussi, ont été singulièrement malmenés ces temps-ci...

Publié dans Société