A quoi rêvent les petites filles...

Publié le par Nadia Geerts

Je viens de terminer la lecture d'un livre extrêmement intéressant : Le voile démystifié, par Leïla Babès, que j'avais pu entendre lors de la table ronde "Fraternités - Ces traditions qui nous enferment", le 7 décembre dernier.

Michèle Peyrat, quant à elle - par ailleurs prof de morale comme moi - m'envoie quelques photos de son récent voyage en Syrie. L'envie m'a prise de mettre les mots de Leïla Babès en parallèle avec les photos de Michèle Peyrat. Je leur cède la parole:

"Aucune perversion, aucun crime sexuel - pas même l'inceste que l'islam ne nomme pas, faute de concept - ne représente un tabou aussi fort que la transgression de la différence entre le masculin et le féminin. Selon un haddith rapporté par Bukhâri - source considérée comme authentique par la tradition sunnite -, le Prophète a maudit les femmes garçonnes et les hommes efféminés. C'est pourquoi aux différences biologiques entre l'homme et la femme doivent correspondre des différences de rôles et de fonctions, et par-dessus tout, une nette différenciation physique et vestimentaire."

Leïla Babès, Le voile démystifié, Bayard, 2004, pp. 57-58

"Devenu l'étendard de toute une communauté, le voile, comme le tabou qu'il symbolise, s'oppose de toutes ses forces à un autre système de valeurs, celui des droits de l'Homme. Ce dernier ne (re)connaît aucun particularisme, aucune différence, ni de sexe, ni de religion, ni de race. Il ne (re)connaît que l'humain, et le droit qu'il représente, universel et abstrait. Il est curieux de constater que la revendication des partisans du "foulard", relayée, amplifiée, étendue aux pays musulmans depuis le vote de la loi d'interdiction des signes religieux à l'école, recourt à ces mêmes valeurs alors que les idéologies qui la sous-tendent ne les reconnaissent nullement  sous d'autres cieux, et les bafouent impunément: "les droits de l'Homme", "l'égalité", "la liberté religieuse", et même "la liberté de conscience"... A croire que les droits de l'Homme ont été inventés pour défendre... les identités collectives."

Leïla Babès, Le voile démystifié, Bayard, 2004, pp. 59-60

Publié dans Féminisme