Le roi et moi

Publié le par Nadia Geerts

Le roi m'a bluffée.

Dans son discours de Noël, de toute évidence, il m'a discrètement accordé son soutien, face à tous les Balace, Cannuyer, Laporte et consorts qui plaidaient encore il y a quelques jours sur le plateau de RTL-TVI pour qu'on laisse le fiston royal tranquille, ce pauvre hère qui ne peut même pas de défendre !

Le roi, lui, il l'a dit très clairement:

"Par ailleurs, il est souvent question ces temps-ci d'abus de biens sociaux et de ressources publiques. Je voudrais faire deux remarques à ce sujet.

1.Aucune personne n'est au-dessus de la loi et la Justice doit pouvoir faire son travail en toute indépendance. 2.Lorsque la justice établit des détournements, il me semble équitable que la réparation concerne tous ceux qui en ont tiré avantage."

J'imagine déjà le savon qu'il va passer à Anne-Marie et Isabelle, les rappelant à leurs devoirs de femmes politiques intègres et respectueuses des règles de l'Etat de droit qu'est la Belgique... Va-t-il encore accepter de les recevoir au palais, elles qui ont perdu de vue les principes fondamentaux qu'il vient de rappeler ? Et le père Gilbert, aura-t-il encore le droit de fouler les pelouses du parc de Laeken de ses santiags étincelantes ?

Non, sans rire, le bon Albert, il m'a vachement impressionnée. Et si c'était vrai: s'il était vraiment le garant de la démocratie, au-dessus de la mêlée et tout et tout ? C'est juste dommage qu'il n'ait pas téléphoné à Pascal Vrebos pour lui dire, là, en direct sur antenne, à quel point il était déçu par tous ces thuriféraires de la monarchie et d'accord avec le Cercle républicain.

Allez, aux prochaines élections, je vote pour Albert II.

Euh... J'ai dit une connerie ?

Publié dans République