Laissez rire les autres !

Publié le par Nadia Geerts

 

25066_1449806925601_1246062421_31299943_2605067_n.jpgPublié en Une de l’édition du Monde du 28 mars 2010, un dessin de Plantu suscite l’ire de certains milieux catholiques. L’Agrif, qui est coutumière des procès (perdus) contre Charlie Hebdo, a annoncé son intention de porter plainte contre le dessinateur.

 

C’est qu’il n’est pas tendre, Plantu. Et on conçoit fort bien que des catholiques puissent être choqués par ce dessin iconoclaste rappelant fort opportunément, par la bouche d’un enfant, que si les voies de Dieu sont impénétrables, ce sont bien les seules…

Mais il y a visiblement un truc que certains ne comprennent que très difficilement, s’agissant de caricatures : c’est que choquer, c’est précisément le but.

Que voudriez-vous, chers fidèles, que les caricaturistes caricaturent ? Le Pape donnant la bénédiction à une foule l’écoutant religieusement sur la Place Saint Pierre ? Une mosquée remplie de fidèles en prière ? Un curé allant acheter son pain à la boulangerie du coin ? Un rabbin se promenant au bois de la Cambre ?

Soyons sérieux deux minutes : s’agissant de caricatures, il s’agit de grossir le trait, pas de faire un portrait fidèle ni encore moins élogieux. Mon dictionnaire définit d’ailleurs la caricature comme un « Dessin, peinture qui, par le trait, le choix des détails, accentue ou révèle certains aspects (ridicules, déplaisants) » ou une « Description comique ou satirique, par l'accentuation de certains traits (ridicules, déplaisants)».

Bref, si vous trouvez les dessins de Plantu ridicules et déplaisants, bingo ! c’est que vous avez tout compris… sauf que ces dessins ne sont ridicules et déplaisants que parce qu’ils représentent une réalité qui est, bien plus que le dessin, ridicule et déplaisante.

Et là, il y a quand même un truc que je dois vous dire, chers croyants de tous poils (mais je pense ici spécialement à certains de mes frères et soeurs chrétiens) : franchement, très franchement, moi, je trouve infiniment plus déplaisant que des membres de la hiérarchie catholique usent et abusent de leur autorité et de la confiance que certains parents mettent en eux pour tripoter leur rejeton (et plus même si pas affinités), et qu’ensuite la hiérarchie catholique elle-même étouffe l’affaire, rendant possible la récidive par son silence et sa peur panique du scandale, je trouve ça infiniment plus déplaisant, dis-je, qu’un petit dessin de Plantu.

C’est comme pour les caricatures de Mahomet : le terrorisme islamiste et son cortège de morts innocents, ça me choque plus qu’un dessin représentant Mahomet avec une bombe dans son turban. Vachement plus. Et je trouve qu’au lieu de pousser des cris d’orfraie parce qu’on a osé caricaturer une figure sacrée de votre religion, vous feriez tous bien mieux de réserver vos cris aux salopards qui se drapent dans ladite religion pour commettre leurs méfaits.

Comment osez-vous, en d’autres termes (et là, je m’énerve un peu) parler de « phobie », de « stigmatisation » et autres niaiseries culpabilisantes ? Moi, je pense aux victimes de vos fanatiques et de vos pervers, aux victimes de votre silence complice aussi, et de votre indignation à géométrie variable. Ça, ça me choque.

Je comprends que vous ne puissiez pas rire de tout. Le sacré, ça tue l’humour, c’est bien connu. Mais au moins, laissez rire les autres. Pour paraphraser Brassens, ce génial bouffeur de curés, le rire est à peu près leur seul luxe ici-bas.

 

Publié dans Laïcité - religions