Le décret neutralité pour les nuls

Publié le par Nadia Geerts

Le think tank « Vigilance musulmane » publie sur son site (http://www.chroniquelaique.be/violation-du-decret-neutralite-pour-les-nuls/) une « plainte pour violation du décret neutralité du 17 décembre 2003 » où, après avoir rendu compte de ma présence dans un athénée provincial pour une conférence sur la question du voile, il invite le service d’inspection de l’enseignement secondaire de la Communauté française à « apprécier ce cas de violation du décret neutralité » et à « prendre les mesures qui s’imposent » vis-à-vis de Nadine Joelants, préfète de l’athénée en question, et de moi-même.

Ainsi donc, selon ce collectif, l’enseignante que je suis n’aurait pas le droit, en vertu du décret neutralité, de « faire de la propagande ou du prosélytisme » dans un établissement scolaire. C’est oublier un peu vite que je ne suis pas intervenue dans cet établissement en tant qu’enseignante, mais en tant que personne engagée, ce que j’ai parfaitement le droit d’être en-dehors de mes fonctions d’enseignement. Les élèves que j’avais en face de moi n’étaient aucunement mes élèves, et ils étaient venus écouter une conférencière, non une enseignante.

En outre, si, comme l’article le prétend, je suis professeure de morale, les auteurs semblent négliger le fait que le décret neutralité ne s’applique pas à cette catégorie d’enseignants de la même manière qu’aux autres, les professeurs de cours dits philosophiques n’étant astreints qu’à ne pas dénigrer les convictions défendues dans les cours parallèles. En d’autres termes, un professeur de morale peut bien, même dans l’exercice de ses fonctions, témoigner de son athéisme. Ce que, d’ailleurs, je n’ai guère pour habitude de faire : la promotion de la laïcité dite philosophique m’importe peu ; seule m’importe la laïcité politique, et le couvre-chef « Dieu n’existe pas » que j’ai revêtu un jour sur un plateau télé (et qui sert d’illustration à l’article précédant immédiatement cette plainte)(1) avait pour seul but d’inviter chacun à réfléchir à la question de savoir si la liberté d’afficher ses convictions philosophiques valait aussi pour les athées.


Bref, Vigilance musulmane a tout faux :

-         si je suis bel et bien soumise au décret neutralité, cela ne m’interdit pas de témoigner de mes convictions, y compris dans le cadre d’un établissement scolaire, pour peu que ce ne soit pas dans l’exercice de mes fonctions d’enseignante.


Sans doute faut-il voir dans cet article intellectuellement malhonnête une tentative d’intimidation bien plus qu’un réel souci de défendre l’esprit du décret neutralité, que mes prises de positions laïques visent précisément à défendre contre les tentatives d’immixtion du religieux dans la sphère scolaire.

 

 

Publié dans Enseignement