Libres et égaux en dignité et en droits…

Publié le par Nadia Geerts

Je participais ce midi au « Forum de midi » sur la Première (1). Thème obligé en ce jour de mariage princier : la monarchie. Du moins Fabienne Vande Meersche avait-elle tenu à s’éloigner radicalement du glamour et du people pour aborder la question de la légitimité de l’institution monarchique. À l’heure où l’on ne parle que de robe, baiser, voiture et autres tralalas, c’est une initiative à saluer comme il se doit.

 

Mais force est de constater qu’hormis cette émission radio – et l’agence de presse indépendante Parlemento -, aucun média n’a jugé utile de relayer le point de vue républicain. En tout cas dans le monde francophone. Car en Flandre, tant VTM que le Nieuwsblad, le Laatste Nieuws ou la VRT ont saisi l’occasion du mariage princier britannique pour donner la parole au président du Cercle républicain belge (http://www.crk.be/). Probablement cela s’explique-t-il, du moins partiellement, par la crainte actuelle, dans le monde francophone, que toute contestation de la monarchie ne renforce les tenants du séparatisme. Pourtant, on peut légitimement se demander si le roi détient un pouvoir suffisant pour empêcher la scission du pays – ce qui serait à mon humble avis en soi inquiétant.

Au-delà de cela, puisque c’est de monarchie britannique que tout le monde parle aujourd’hui, j’ai eu la désagréable impression de revivre le mariage de Philippe et Mathilde : même déchaînement médiatique, et surtout même unanimisme de façade : comme le peuple belge il y a onze ans, le peuple britannique tout entier serait en liesse aujourd’hui…

Et pourtant… Le Soir nous apprend que, selon le Guardian, non seulement 46% des Britanniques ne sont pas intéressés par ce mariage, mais encore que 32% estiment que la monarchie a perdu sa pertinence, et que 26% estiment même que le pays se porterait mieux sans elle. Ce dernier chiffre grimpe même à 37% pour la tranche des 19-24 ans.

Le républicanisme, autrement dit, est loin d’être marginal au Royaume-Uni. Quel média, pourtant, consacrera ne serait-ce que quelques lignes à l’Alliance of European Republican Movements (https://www.facebook.com/home.php?ref=home#!/republicanalliance), qui organisait aujourd’hui une street parade à Londres, en marge du mariage ? Les mouvements républicains de Belgique, du Danemark, des Pays-Bas, de Norvège, d’Ecosse, de Suède, d’Espagne et bien sûr du Royaume-Uni y étaient représentés, tout comme ils étaient déjà à Stockholm l’an dernier.

Parce que quelles que soient les tentatives de l’institution de se moderniser ou d’apparaître comme proche du citoyen, elle reste indécrottablement, viscéralement et principiellement anti-démocratique ; en parfaite contradiction avec l’article 21 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, aussi, qui proclame que :

1. Toute personne a le droit de prendre part à la direction des affaires publiques de son pays, soit directement, soit par l'intermédiaire de représentants librement choisis.
2. Toute personne a droit à accéder, dans des conditions d'égalité, aux fonctions publiques de son pays.
3. La volonté du peuple est le fondement de l'autorité des pouvoirs publics ; cette volonté doit s'exprimer par des élections honnêtes qui doivent avoir lieu périodiquement, au suffrage universel égal et au vote secret ou suivant une procédure équivalente assurant la liberté du vote.

Ces évidences auront une fois encore été occultées par les fastes d’un mariage en grande pompe – et partiellement aux frais du contribuable britannique. Espérons que la raison finira par triompher. Pour que William, Kate, Philippe, Mathilde et tous les autres puissent enfin jouir du bonheur d’être des citoyens libres et égaux en dignité et en droits… C’est tout le mal que je leur souhaite.

 

(1) Emission réécoutable ici:  http://podaudio.rtbf.be/pod/lp-forum_le_forum_de_midi_292f042f2011-quelle_e_9606969.mp3

Publié dans République