Bonjour !

 

 

      portraits nadia 2011 220

Recherche

Texte Libre

12 octobre 2011 3 12 /10 /octobre /2011 15:53

Léonard a encore frappé. Je parle évidemment du primat de Belgique, qui a cru utile de déconseiller aux divorcés d’enseigner la religion ou d’exercer une fonction de direction dans l’enseignement catholique.

 

L’affaire fait grand bruit, et les représentants de l’enseignement catholique, notamment, s’indignent au nom de la vie privée, du refus de la discrimination à l’embauche, etc. Et certes, il est un peu surprenant d’exiger d’un enseignant ou d’un directeur d’école un état civil particulier.

Pourtant, n’est-ce pas ce que l’Eglise catholique fait très communément, lorsqu’elle interdit la prêtrise aux femmes, ainsi bien sûr qu’aux hommes mariés - ou aux homosexuels ? Il est rare qu’on parle alors de discrimination à l’embauche, tant il est admis que la profession de prêtre n’est pas tout à fait comme les autres, et, surtout, que l’Eglise a bien le droit de décider qui, et selon quels critères, est apte à prêcher la parole de Dieu dans Sa maison. Cela ne la rend ni moderne, ni en phase avec les réalités de ce temps, mais encore une fois, rien ne l’y oblige.

Si le mission de l’école chrétienne consiste bien à « évangéliser en éduquant » (1), si elle a « la conviction qu'elle n'humanise en plénitude qu'en ouvrant à Dieu et au Christ. », si « Les écoles catholiques et l'Église      se reconnaissent mutuellement comme des partenaires privilégiés, inspirés à une source commune: celle de l'Évangile annoncé par Jésus- Christ » et si l’Eglise maintient que la chasteté, la fidélité et l’hétérosexualité sont voulues par Dieu, alors il n’y a pas à tortiller , et Léonard a raison de ne pas vouloir confier l’éducation des rejetons de bonnes familles chrétiennes à ces pécheurs de divorcés. On se demande simplement pourquoi il ne conseille pas pareillement aux célibataires ayant perdu leur pucelage, aux époux infidèles et aux homos de s’abstenir également de souiller son école chrétienne de leurs turpitudes. Et le distingo vie privée / vie publique semble en l’occurrence une ratiocination de rationaliste ou de laïque, totalement absurde pour qui se donne pour mission d’élever les âmes vers le Christ.

Si en revanche l’enseignement catholique « inscrit son action dans la logique du service public en s’ouvrant à tous ceux qui acceptent son projet, quelles que soient leurs convictions », alors l’école chrétienne devient l’école de tous, et en tant que service public, elle ne peut discriminer qui que ce soit sur une base aussi éminemment non pertinente que la situation matrimoniale. Et dans ce cas, Léonard a tout faux.

Le hic, c’est que l’école chrétienne se cherche : tantôt elle se veut « service public fonctionnel » à peine teinté d’un chouia de pluralisme situé, tantôt elle se veut évangélisatrice, missionnaire, prosélyte même. Ce qui lui permet à la fois de percevoir de généreux subsides publics et de revendiquer son enracinement religieux.

Alors moi, je proposerait bien un deal à André-Joseph Léonard : on lui laisse ses directeurs et enseignants mariés, fidèles et tout le toutim, et lui, il renonce à ses subsides publics. Comme ça, tout le monde est content. Et pour ceux qui ne le seraient toujours pas, il reste l’enseignement officiel, qui accueille tout le monde dans le respect de ses convictions et en se foutant comme d’une guigne de sa vie privée.

On fait comme ça ?

(1) Cette citation, comme les suivantes, est tirée du document « Mission des écoles chrétiennes », http://www.segec.be/mission_EC_web.pdf

Partager cet article

Published by Nadia Geerts - dans Enseignement
commenter cet article

commentaires

JJ Mornard 12/10/2011



Chère Nadia,


Sais-tu que Caroline F.vient parler Wolulibilis( lieu diabolique à la gloire du Désir) le 11 octobre 2011 à 11h00.Sujet : Entre multiculturalisme et populisme.


Si la pluie  n'est pas de la partie je viens en Scooter électrique qui craint la pluie (pas moi) fameuse batterie LIon.


Salut peut-être à plus.


Jean-Jacques



phileas 24/10/2011



A ma connaissance, l'Eglise catholique n'a jamais été très fan des divorcés...Cette position est certes en décalage avec l'évolution de la société (encore que celle-ci a entamée ces dernières
années un mouvement de courbe rentrante en matière de moeurs) mais elle n'est pas du tout neuve...


Pendant ce temps là la Tunisie est entrain de passer dans l'escarcelle de nos chers amis les islamistes...



Philippe Bagnon 09/11/2011



"on lui laisse ses directeurs et enseignants mariés, fidèles et tout le toutim, et lui, il renonce à ses subsides publics"


Je suppose que vous prévoyez une exemption d'impôt au prorata du financement de l'école publique  pour les chrétiens qui en ont marre
de jouer les cochons payeurs  pour un enseignement public inefficace, décadent et promoteur de valeurs absurdes contraires aux leurs.



phileas 10/11/2011



Le fait que l'enseignement public soit financé par tous les citoyens quelque soient leurs convictions religieuses est totalement légitime m'incite justement à considérer comme peu respectueux des
contribuables d'avoir pris par exemple comme "saint patron" pour d'une haute école un anarchiste prônant un athéisme militant comme Francisco Ferrer...Que l'on veuille ou non, l'athéisme est
également une croyance...



phileas 10/11/2011



Désolé mais il y a toute une symbolique dans le fait de choisir un "parrain" à une école. Vous le savez très bien...Ce n'est d'ailleurs pas pour rien que l'ULB, établissement privé, a un
auditoire a son nom...Vous me direz qu'en France, il y a des lycées Diderot mais, lui, au moins, il avait la caractéristique d'être Français...


Bref, en prenant le nom de Francisco Ferrer, les responsables ont choisi la logique de l'affrontement symbolique avec l'autre partie de la population tout en étant les représentants d'un service
publique sensé être au minimum neutre...


Maintenant, il est vrai que cela ne changera pas grand chose à la teneur de l'enseignement fourni par les établissements...


Au fait, vous, vous êtes partante pour une haute école Kim Il Sung???



Articles Récents

Accueil

Ce blog se veut, entre autres choses,  un espace de libre critique des tentatives d'immixtions du religieux dans le champ du politique - de la res publica -, partant du principe que seule la laïcité de l'Etat permet la coexistence de diverses sensibilités philosophiques et religieuses, sans qu'aucune d'elles ne prétende écraser les autres. Ni religion d'Etat, ni athéisme d'Etat, mais la conviction que nos options religieuses et philosophiques sont affaire privée, au même titre que notre sexualité.
Comme fil conducteur, l'humanisme, qui récuse l'enfermement de qui que ce soit dans des catégories qu'il n'a pas choisies, au nom de sa sacro-sainte appartenance à la communauté, quelle qu'elle soit.

Mes bouquins

fichuvoile-f6f88

 

 

 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog