Surtout, ne regardez pas ce que je vous montre !

Publié le par Nadia Geerts

La campagne pour les élections communales a commencé, difficile de ne pas s’en rendre compte. Après l’annonce d’une candidate voilée sur la liste PS à Schaerbeek et d'une autre sur la liste MR à Saint-Josse (qui annoncent cependant qu'elles siégeront sans voile si elles sont élues, conformément, semble-t-il, aux directives respectives du PS schaerbeekois et du MR tennoodois) et d’une autre – également PS - sur la liste du bourgmestre à Molenbeek, voici qu’arrive l’affiche de campagne (très) dévoilée : celle du PP, qui met en avant une femme couverte uniquement de trois post-it mauves. Et sur les réseaux sociaux, certains ne manquent pas de renvoyer dos-à-dos les candidates voilées et cette femme peu vêtue.

 

Et certes, le racolage dont témoigne cette affiche de campagne est pathétique, et instrumentalise – un grand classique – le corps féminin à des fins de propagande, en l’occurrence politique. Pour ma part, j’ai beau chercher, je ne vois pas plus de message politique dans la photo de cette dame dénudée que je ne vois de raison d’acheter une voiture dans le fait qu’une bimbo pose en bikini sur son capot. A peine apprend-on qu’ « En mauve, tout me va ». Le mauve, c’est justement la couleur du voile de la candidate molenbeekoise, d’ailleurs… M’est avis que Philippe Chansay Wilmotte, qui revendique l’idée de cette affiche populiste, aurait gagné à se concerter avec Farida Tahar, question couleurs.

Mais trêve de plaisanteries.

La question demeure : peut-on légitimement renvoyer dos-à-dos le voile de l’une et les post-it rikiki de l’autre ?

A gauche, on s’offusque de ce que certains soient si prompts à dénoncer l’un, tout en restant silencieux sur les autres. Deux poids deux mesures, s’exclame-t-on, quand on ne ressort pas la rengaine « islamophobie ! » qui est en passe de devenir, de tube de l’été qu’on aurait pu espérer, un grand classique indétronable du hit parade des insultes faciles.

A droite, on a tôt fait de s’époumoner : « on n’est plus chez soi ! », « ils se croient tout permis !», sans que jamais ce « on » ni ce « ils » soient d’ailleurs définis d’une quelconque manière. On comprend cependant que le « ils » désigne très certainement quelque chose du genre envahisseur mahométan, couteau entre les dents et voile au fusil, toujours et par nature un peu copain avec Ben Laden, parce que bon, ces gens-là, hein…

Au milieu, si j’ose dire, il y a ceux qui, comme tout être doué d’un peu de bon goût politique, se méfient du PP comme de la peste, n’envisagent pas une milliseconde de voter pour lui, trouvent que cette affiche atteint des sommets de mauvais goût racoleur qui n’ont d’égal que le programme dudit parti, mais que cela n’empêche pas de trouver que la laïcité est davantage mise en question par une dame voilée sur une affiche électorale que par une autre dame un peu trop dévêtue.

Car on dira ce qu’on voudra, la dame du PP n’est pas une candidate, mais une simple image, un peu comme ces beaux gosses bronzés et en sueur qui vous donnent envie d’acheter telle tenue de sport ne sont probablement pas plus sportifs que vous. Et même si elle l’était, cela poserait indéniablement une question d’éthique – à quand Joëlle Milquet en string et Didier Reynders en boxer moulant ? – mais ça ne serait toujours pas une question de laïcité. Or, ça tombe bien, la laïcité, c’est mon dada, que dis-je, mon combat.

Qu’on ne s’étonne donc pas que la présence de candidates affichant ostensiblement leurs convictions religieuses dans le cadre d’une campagne politique m’interpelle particulièrement. Et si j’use d’italiques, c’est pour rappeler que la laïcité étant la séparation du politique et du religieux, il me semble déplorable de mêler l’un et l’autre, tout simplement. Que ces dames aient ou non des idées politiques intéressantes, quel que soit leur degré de compétence, qu'elles enlèvent ou non leur voile une fois élues, cela ne change rien : en s’affichant voilées, elles détournent l’attention de leur projet politique, pour la braquer sur leurs convictions religieuses. Impossible, après cela, d’ignorer purement et simplement qu’elles sont musulmanes. Certains voteront pour elles pour cette raison, d’autres s’y refuseront pour cette raison, sans qu’on puisse en blâmer ni les uns ni les autres.

Mais il est amusant de voir les candidates voilées inviter leurs possibles électeurs à se focaliser sur autre chose que leur « foulard » : le meilleur moyen pour qu’on ne se focalise pas là-dessus, ce serait de ne pas l’arborer sur une affiche électorale. Un peu comme il serait idiot de s'offusquer que celui qui passe devant l'affiche du PP fasse autre chose que lorgner les formes de la belle qui la remplit. 

Je terminerai en invitant tous ceux qui s’apprêtent à poster des commentaires indignés rappelant qu’on a eu des prêtres siégeant au parlement, qu’il y a des radicaux en costume cravate, que le voile n’a rien de religieux, que ces dames ont bien le droit de porter le voile ou que je suis une immonde raciste qui cache bien son jeu sous le voile (hi hi) de la laïcité à lire mon livre « Fichu voile ! » - pas besoin de l’acheter, il est en bibliothèque.

Allez, là-dessus, vive le mauve, cette couleur si rassembleuse en ces temps troublés…

 

Remarque: précisons cependant que le PS vervietois a quant à lui, via une charte des valeurs, explicitement demandé à ses candidats de ne pas porter de "signes convictionnels ostentatoires de nature religieuse ou philosophique", mentionnant clairement à l'appui de cette exigence son attachement à la laïcité.


Publié dans Laïcité - religions