Le voile : protection ou instrumentalisation des femmes ? (Azita Rahimpoor)

Publié le par Nadia Geerts

J’ai écrit cet article par amour. Par amour pour mes sœurs iraniennes dont la toute grande majorité mène une lutte acharnée pour faire proscrire le port obligatoire du voile en Iran. Et par amour pour mes sœurs musulmanes dont une minorité, en occident, de son propre gré, cache sa magnifique chevelure sous un morceau de tissu. Je vous aime mais je ne vous comprends pas, exactement comme j'ai du mal à comprendre certaines de mes sœurs occidentales qui se font piéger par les dictats imaginaires de la mode et qui ont recours par exemple à la chirurgie esthétique, alors qu'elles sont fabuleusement femmes.

J’ai écrit cet article aussi par pur égoïsme, pour pouvoir comprendre le phénomène du voile qui a pris de l’ampleur en Belgique dans nos rues et nos villes depuis une dizaine d’années. Que s’est-il passé ? Pourquoi maintenant ? Comment en sommes nous arrivés là ? Qu’avons nous fait pour l’intégration, l’épanouissement et le sentiment d'appartenance et de bien-être l’ensemble de notre population ? Que pouvons nous faire désormais pour respecter l’identité de chacun tout en développant l’harmonie de l’ensemble de notre société?

 

Le dialogue est donc ouvert et je serais heureuse de recevoir vos commentaires à cette adresse email :  bonjour.freedom@gmail.com

 


Photos de deux "institutions" belges :

Melting Pot Café (Bruxelles), symbole d'une Belgique multiculturelle et bon enfant

Parc de Tervuren (Flandre), symbole des espaces verts et d'une sérénité négociée


Le voile : protection ou instrumentalisation des femmes ?

 

 

Hier soir, je suis allée au cinéma voir un documentaire sur l’Iran. J’ai pris la parole lors du débat qui a suivi, mais comme il n’y avait pas suffisamment de temps, je n’ai pas pu exprimer le fond de ma pensée. Je me suis dit que je pourrais écrire un article en espérant qu’il susciterait  une discussion enrichissante pour notre société multiculturelle et un dialogue permettant à l’unité dans la diversité d’y prendre véritablement corps.

 

D’abord, j’ai formulé une remarque critique concernant le début du film où on explique les raisons de la révolution iranienne et où, à mon grand étonnement, j’entends la même ritournelle d’inepties que je ne cesse d’entendre depuis 30 ans : que le peuple iranien s’est révolté parce qu’il ne pouvait pas supporter la modernisation ! Je me suis tant d’années sentie insultée parce qu’on traitait ainsi les Iraniens –donc moi y compris- d’attardés et d’arriérés, alors que si le peuple iranien s’est révolté, c’est exactement parce que cette modernisation ne s’était pas étendue à toute la population, à toutes les régions, et que la manne pétrolière n’avait pas été distribuée de façon équitable sur l’ensemble du pays, et bien sûr également parce qu’il n’y avait pas de démocratie et entre autres pas de liberté d’expression en Iran.

 

Ensuite, j’ai voulu m’attarder sur cette question d’actualité chez nous : le voile à l’école. Et à cet égard j’aimerais, à travers cet article, faire part de deux avertissements adressés à mes amis belges ainsi qu’à mes frères et sœurs musulmans.

 

En Iran, il y a près de 30 ans, c’est bien avec le voile que les choses ont commencé pour  aboutir après peu à la lapidation. En 1979, lors de la révolution, les gens de gauche comme de droite ont voulu utiliser la religion pour soulever les masses mais les intégristes ont été nettement plus subtils et les ont tous écartés du pouvoir avant de les éliminer.

 

Voulons-nous que la même chose nous arrive ici ? Moi je mène une vie sereine et heureuse en Belgique et je ne souhaite nullement qu’elle se transforme en dictature à l’iranienne : régime que je ne qualifierais ni de république ni d’islamique, non seulement parce que la juxtaposition de ces deux termes relève d’une impossibilité sémantique et qu’ils sont antinomiques, dès lors qu’une république est par définition laïque et un lieu où on ne mêle pas religion et politique, mais surtout : comment peut-on qualifier un régime d’islamique alors que dans ses prisons, les gardiens violent impunément des filles et des garçons pour seul motif de participation à des manifestations pacifiques dans la rue ?

 

Voilà entre autres pourquoi nous, les Iraniens expatriés, essayons de déloger l’intégrisme de l’Iran et voilà pourquoi nous constatons avec consternation qu’en Europe, on le laisse s’installer sans la moindre entrave ! J’en appelle instamment aux instances belges et aux autorités musulmanes pour qu’elles nous aident, par des voies diplomatiques et pacifiques, non seulement à déraciner cette plaie qu’est l’intégrisme en Iran -une souffrance incommensurable pour le peuple iranien et une telle honte pour l’Islam-  mais qu’elles entreprennent des démarches résolues, main dans la main, afin de l’empêcher de se glisser sous nos portes et de subvertir nos vies en occident.

 

Je pense qu’il est temps que les partis politiques et les autorités belges et européennes cessent leurs mièvreries et tergiversations stériles, qu’ils montrent leur courage et leur détermination et stoppent net toute velléité d’extrémisme de façon unanime et d’une seule voix.

 

S’il est vrai que le Front National n’est plus présent au Parlement bruxellois, il n’en reste pas moins que le Vlaams Belang y a encore des sièges et qu’il ne cesse de gagner du terrain en Flandre. Si les autorités belges ne prennent pas leurs responsabilités MAINTENANT, tout un pan de la société belge qui avait quelque hésitation devant son bulletin de vote basculera vers l’extrême droite lors des prochaines élections : est-ce cela que nous voulons ?

 

L’éducation religieuse que j’ai reçue m’a enseigné que toutes les religions avaient pour but de rappeler à l’être humain les valeurs essentielles que sont l’amour, la compassion, la solidarité, le partage, la charité, la bonté… J’ai ainsi appris à respecter tous les éducateurs spirituels car ils ont tous eu pour objectif d’aider l’être humain dans sa quête du bonheur. J’aimerais dès lors que nous revenions tous à ces valeurs universelles et humanistes et que nous tentions de les ancrer davantage dans notre société, pour le bien de tous.

 

Mes chers frères et sœurs musulmans, comment pouvez-vous croire que c’est pour notre bien et par amour pour nous les femmes que les intégristes veulent s’installer en occident, alors que c’est en fait par pure ambition et pour avoir plus de pouvoir qu’ils essayent d’abuser de notre confiance? Ce n’est pas nous les femmes orientales qu’ils veulent protéger et aider pour que nous ayons une vie spirituelle et intérieure plus riche et que nous soyons aimées davantage, comme ils le prétendent, mais c’est pour exporter en occident le genre d’idéologie ancrée dans le pouvoir actuellement en Iran. Ils nous utilisent, ils nous instrumentalisent vous et moi uniquement pour leurs propres intérêts et nous ne sommes que des pions dans leur jeu sordide d’exacerbation des crispations identitaires. Pourquoi n’ouvrons-nous pas les yeux pour voir les dégâts que ces dérapages ont provoqué au sein de la société iranienne ? Croyez-vous que tant de jeunes seraient sortis dans la rue, au péril de leur vie, s’ils n’avaient pas été au bord de l’asphyxie? Tout ce qu’ils demandent, c’est de pouvoir mener une vie libre, sans entrave et sans contrôle policier à toute heure et minute du jour  et de la nuit. Si nous continuons à nous voiler la face et à nous laisser manipuler par ces intégristes qui nous font croire que c’est pour notre propre bien qu’ils comptent nous asservir   -exactement ce qui est dit dans tout discours fascisant- le risque est de provoquer des réactions de rejet massif au sein de la population belge à notre égard, d’alimenter fortement l’extrême droite et de l’aider, malgré nous, à prendre le pouvoir en Belgique. Et dans une telle configuration, vous comme moi, mes chères sœurs belges et/ou musulmanes, nous allons toutes nous retrouver reléguées à la cuisine et aux tâches ménagères ! Et notre avenir à tous  -hommes comme femmes, Belges de souche ou de troisième génération, musulmans, chrétiens ou athées, de gauche comme de droite, écolos ou libéraux- sera plus qu’incertain et voué aux ténèbres.

 

Nous les femmes ne devons pas nous laisser sacrifier sur l’autel des ambitions des autres. NON. Nous devons penser à nous et défendre ce qui nous permet de nous épanouir pleinement, à savoir : la liberté et la démocratie. Nous devons renvoyer dos à dos l’intégrisme religieux et l’extrémisme de droite, l’obscurantisme et l’obscurité. Aurions-nous si vite oublié l’inquisition au Moyen Âge ou les dérives du national socialisme au 20ème siècle ? Est-ce cela que nous voulons pour nos familles et nos enfants ? Est-ce ainsi que nous voulons protéger nos filles et nos petites-filles ?

 

Je proposerais dès lors à tous de bien réfléchir et surtout de revenir aux valeurs premières qui sont partagées par tous, notamment la compréhension de l’autre et donc de la société belge dans laquelle nous vivons en bonne entente et des valeurs laïques qui la gouvernent.

 

Oui, revenons donc à l’essentiel et essayons de nous enraciner dans plus d’amour, de compréhension et de bonté. Il en va de notre bonheur à tous, du vôtre comme du mien, ainsi que de celui de toutes les personnes de notre entourage, nos amis et nos familles.

 

Azita Rahimpoor

Bruxelles, le 20 septembre 2009

bonjour.freedom@gmail.com

 

Publié dans Féminisme