Bonjour !

 

 

      portraits nadia 2011 220

Recherche

Agenda

Le 19 septembre à 19h: Présentation de mon livre "La neutralité n'est pas neutre" à l'assemblée citoyenne du Mouvement de Gauche, Fontaine L'Evêque, taverne Le Richelieu
Le 23 septembre à 19h30: Prticipation à une conférence débat organisée à l'ULB par le Cercle du libre examen sur le thème "Laïcité et diversité font-elles bon ménage ?" avec Pierre Galand, Mehmet Saygin et Marc Jacquemain. Infos: https://www.facebook.com/events/560632677326604/
Le 15 octobre à 14h: Conférence "La neutralité n'est pas neutre"  UMONS boulevard Dolez 31 
Le 18 octobre à 20h: Maison de la Laïcité de Colfontaine - conférence sur « La Laicité au XXIème siècle ».

Texte Libre

25 mars 2012 7 25 /03 /mars /2012 19:55

Trois mille personnes dans les rues, hier, pour défendre le droit à l’avortement.

Un droit encore trop souvent mis en cause, un acquis souvent fragile, et ce dans nombre de pays d’Europe, quand il n’est pas tout simplement dénié aux femmes.

Par qui ? Le plus souvent, par des cléricaux. Des catholiques souvent, qui ne conçoivent pas que ce qu’ils considèrent comme un don de Dieu puisse être considéré par d’autres comme le fruit d’un choix.

Plusieurs calicots rappelaient, hier, la nature de l’adversaire. Un curé en soutane qui se fait botter les fesses, un slogan « Gardez vos rosaires loin de nos ovaires », des chansons virulemment anticléricales aussi. Quel bel ensemble, toutes tendances politiques démocratiques confondues, pour signifier à la calotte qu’elle ne passera pas !

DSC_0100.JPG

Quel bel ensemble, en effet…

Et pourtant, comme les voix se font plus faibles, plus éparses aussi, lorsqu’il s’agit de dénoncer l’autre calotte, à savoir le cléricalisme islamique ! Un curé qui se fait botter les fesses, ça fait rire, ça rassemble, on se sent bien au chaud entre pairs, unis par une saine aversion de la bigoterie et de l’obscurantisme. Mais remplacez le curé par un imam, et vous verrez les rangs se disperser, les belles âmes s’offusquer, les précautions oratoires se multiplier et les docteurs la morale crier à la provocation irresponsable, voire au racisme.

 

Hier, pendant que trois mille personnes défilaient pour défendre le droit à l’avortement, j’ai pris part à une conversation édifiante avec deux jeunes salafistes, si j’en juge par leur accoutrement. Le voile ? Si tu as une femme, tu la surveilles, c’est normal d’être jaloux de sa femme, faut pas que les autres hommes la matent. L’avortement ? « Chez nous », c’est interdit ! Leur accoutrement ? Vous avez de la chance, nous on est des modérés, ceux du milieu, mais il y a aussi des extrémistes. Ouf, on a eu de la chance…

Peu avant, j’avais déjà appris d’un autre homme que j’invitais à rejoindre la manifestation que les femmes n’ont qu’à fermer les jambes au lieu de les écarter !

 

Alors oui, je sais, il ne faut pas souffler sur les braises. Mais je ne suis pas sûre que le projet de société des salafistes et autres frères musulmans soit moins effrayant  que celui des intégristes chrétiens, en particulier pour les femmes. Je suis même sûre du contraire. Quand donc se décidera-t-on à les combattre tous avec la même énergie ? 

Partager cet article

Published by Nadia Geerts - dans Laïcité - religions
commenter cet article

commentaires

Arthur Daine 12/04/2012


Je voudrais avoir votre sentiment sur l'athéisme ! On parle beaucoup de laïcité en parallèle du droit des minorités religieuses...


Les statistiques classent la population en pourcentage de gens adepte de telles ou telle religions... mais quel est le pourcentage réel de gens qui ne croient à rien mais qui pourtant sont des
humanistes... Qui partagent des valeurs universelles souvent bafouées par les religions ???

Pâques 16/04/2012


Il faut rester vigilant, je me méfie des opinions trop radicales au nom des religions...

Laurence Celis 26/04/2012


Bravo !


Il est urgent que cette situation change.


Que l'on puisse parler de l'Islam comme de la religion catholique.

Arthur Daine 05/06/2012


L'athéisme d'état imposé par l'URSS et les autres dictatures communiste n'est pas, à mon sens, un bon exemple parce ces dictatures réprimaient de manière implacable tous ceux qui contestaient...
et le culte de la personnalité imposé par ces régime peut s'apparenter à une religion (voir Corée du Nord, etc...)


La laïcité prone le principe de séparation dans l'État de la société civile et de la société religieuse mais par le biais de notre démocratie il y aura toujours une minorité (?) de blocage pour
entraver les avancées laïques ou pour essayer de faire abroger ou des lois en faveur du droit des femmes, des homosexuels ou même des athées...


Je suis athée mais si je devais faire le pari de Pascal je me dirais plutôt agnostique vu que je considère l'absolu inaccessible à l'intelligence humaine... enfin dans l'état actuel de mon petit
cerveau... !

Thérèse 03/07/2012


Parcourant plusieurs de vos articles, je me sens de plus en plus en adéquation avec vos idées que je connaissais déjà par de nombreuses interviews, notamment à "Et Dieu dans tout ça". Pourtant,
je suis chrétienne pratiquante. Mais je vous rejoins sur la nécessité de construire une société où on parie sur ce qui nous rassemble et non ce qui nous sépare. En cela je suis partisane absolue
d'une société laïque mais, comme vous, je voudrais que ce combat soit aussi fervent envers toutes les religions qu'il l'est envers le christianisme. Outre que, comme vous le soulignez, les
projets salafistes,( mais aussi juifs ultra-orthodoxes ou certaines branches protestantes évangéliques) ne sont pas plus tendres envers les femmes que l'intégrisme catholique, la tolérance envers
les demandes ou comportements spécifiques encourage le christianisme à revenir avec d'anciennes demandes abandonnées naguère au nom de la laïcisation.
Si on rétablit des chemins de croix ou des processions dans certaines grandes villes, c'est aussi - je l'ai entendu de la bouche même de responsables catholiques - pour ne pas laisser aux
musulmans le monopole de la religion affichée. Il est donc à craindre que dans une alliance objective des religions, on assiste à un retour d'une morale et à la pression de lobbies inspirés des
croyances, ce qui serait désastreux, pour les femmes, les homos, les concubins, les divorcés, les partisans d'une parentalité choisie etc... bref tout simplement pour tous ceux qui veulent
assumer leur liberté et leur responsabilité.
J'ai peur lorsqu'on évoque de possibles lois contre le sacrilège, quand on dit "oui il y a la liberté d'expression, mais on ne peut blesser les croyances profondes", quand on renvoie chaque
violence ou chaque conversion à la pauvreté, à l'exclusion, à l'ignorance, s'ôtant ainsi la possiblité d'y réagir sainement. Ceux qui aiment notre laïcité et sont indulgents à l'égard des
religions qui s'inscrivent nouvellement dans notre paysage, oublient la constance avec laquelle le christianisme fut combattu, ce qu'il a fallu blesser de consciences, forcer de lois, interdire
des comportements pour en arriver à la paix qui règnait jusqu'il y a quelques années encore. On ne peut impunément autoriser des comportements religieux chez les uns et croire que les anciens ne
vont pas y voir un encouragement à revenir en force aussi !
J'ai fait le cheminement, comme tant de catholiques devenus chrétiens, d'essayer de mettre en pratique le message de fraternité et de solidarité de Jésus sans plus adhérer aux diktats de
l'institution; je considère que c'est la meilleure solution pour vivre ensemble mais que la référence que chacun se donne ne regarde que lui.
Alors quand je vois réapparaître des exigences religieuses, j'ai l'impression qu'on repart 50 ans en arrière, avec moins de chance de réussir puisqu'une certaine élite progressiste soutient ce
retour en arrière !
Merci donc de votre clarté et de votre combat laïc "égalitaire" !

Articles Récents

Accueil

Ce blog se veut, entre autres choses,  un espace de libre critique des tentatives d'immixtions du religieux dans le champ du politique - de la res publica -, partant du principe que seule la laïcité de l'Etat permet la coexistence de diverses sensibilités philosophiques et religieuses, sans qu'aucune d'elles ne prétende écraser les autres. Ni religion d'Etat, ni athéisme d'Etat, mais la conviction que nos options religieuses et philosophiques sont affaire privée, au même titre que notre sexualité.
Comme fil conducteur, l'humanisme, qui récuse l'enfermement de qui que ce soit dans des catégories qu'il n'a pas choisies, au nom de sa sacro-sainte appartenance à la communauté, quelle qu'elle soit.

Mes bouquins

fichuvoile-f6f88

 

 

 

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog